Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Choléra en Haïti : l’activité ne faiblit pas

Benoit Finck / MSF
© Benoit Finck / MSF

Plus d\'un mois après le début de l\'épidémie de choléra, l\'activité des équipes MSF en Haïti ne faiblit pas. MSF continue d\'élargir ses capacités d\'accueil à travers le pays et, dans un souci de prévention, distribue de l\'eau potable dans certains quartiers de la capitale.

Plus d\'un mois après le début de l\'épidémie de choléra, l\'activité des équipes MSF en Haïti ne faiblit pas. MSF continue d\'élargir ses capacités d\'accueil à travers le pays et, dans un souci de prévention, distribue de l\'eau potable dans certains quartiers de la capitale.

Depuis le 22 octobre dernier, MSF a soigné plus de 29 000 personnes présentant des symptômes du choléra en Haïti. MSF dispose à présent d'une capacité d'accueil de 2 500 lits dans 27 structures de traitement du choléra à travers le pays.

La région de l'Artibonite, foyer de l'épidémie, totalise le plus grand nombre de cas traités. Même si le nombre de cas commence à se stabiliser dans cette région du centre, les équipes MSF continuent d'élargir leur capacité d'intervention en ouvrant de nouvelles structures de traitement du choléra. Au total, MSF a traité 16 000 cas suspects dans la région de l'Artibonite.

Au nord et nord ouest, le nombre de cas a significativement augmenté depuis la mi-novembre. MSF a pris en charge plus de 4 000 patients au total dans ces deux zones.

Traitement et prévention à Port-au-Prince

A Port-au-Prince, de nombreux cas continuent de se présenter dans les structures gérées ou soutenues par MSF. Depuis le début de l'épidémie, les équipes ont soigné plus de 8 000 personnes présentant des symptômes du choléra. MSF dispose d'une capacité d'hospitalisation de près de 1 000 lits dans la capitale et opère depuis 13 centres de traitement du choléra.

Dans les premiers jours, les craintes étaient vives que l'épidémie ne se répande dans les camps de déplacés, mis en place suite au séisme de janvier. C'est finalement dans les quartiers comme Cité Soleil, un des plus grands bidonvilles de Port-au-Prince, que la vigilance est grande. Transmise par l'ingestion d'eau contaminée, le choléra peut entraîner une déshydratation sévère et rapide. La contamination est orale, d'origine fécale, et transmise par l'eau de boisson ou des aliments souillés. Les mesures préventives sont donc essentielles pour éviter la propagation de l'épidémie.

A Cité Soleil, MSF distribue environ 300 000 litres d'eau par jour, une quantité correspondant aux besoins de 15 000 personnes.

À lire aussi