Birmanie - Le premier avion-cargo MSF devrait atterrir le 10 mai à Rangoun

Souheil Reiache/ MSF
© Souheil Reiache/ MSF ©5 mai 2008 - Distribution de produits de première urgence

Les
équipes MSF intensifient leurs opérations d’urgence alors que le premier
avion-cargo MSF doit atterrir à Rangoun.

Alors que le premier avion-cargo MSF vient de recevoir l’autorisation d’atterrir samedi à Rangoun, MSF a déjà intensifié ses opérations d’urgence. Pour développer ses activités, MSF a toutefois besoin de recevoir, dans les jours prochains, des renforts en personnel – techniciens pour l’eau et la sanitation et personnel de coordination – ainsi que du matériel de secours.

Des volontaires MSF attendent toujours leur visa dans différents pays. Plusieurs autres avions-cargos sont prêts à décoller dans les jours qui viennent mais il leur faudra l’autorisation du gouvernement pour atterrir.

Le premier avion-cargo transportant 40 tonnes de matériel – équipement pour l’eau et la sanitation, matériel de secours, médicaments et nourriture thérapeutique – quitte Bordeaux (France) cet après-midi.

L’autorisation d’atterrissage à Rangoun a été donnée, et nos équipes seront là pour réceptionner la cargaison et distribuer immédiatement le matériel de secours aux populations les plus touchées.


Premières distributions.
Les équipes MSF qui étaient déjà basées en Birmanie sont intervenues immédiatement après le passage du cyclone, en distribuant de la nourriture, des biens de première nécessité, en fournissant des soins médicaux et en améliorant l’accès à l’eau potable. Les équipes MSF se déplacent à bord de deux bateaux pour atteindre les zones les plus touchées dans la pointe sud-ouest du delta de l’Irrawady, essentiellement Haigyi, Tongwa et Pyinsalu où 95% des habitations ont été détruites.

Jusqu’à présent, neuf camions sont arrivés à Bassein, avec une cargaison de 14 000 bâches en plastiques, 62 tonnes de riz, ainsi que de l’huile, du poisson, et des aliments thérapeutiques. Les équipes MSF ont déjà donné, depuis mercredi, plusieurs centaines de consultations à des patients qui, pour près de la moitié, ont été blessés suite au passage du cyclone, les autres patients souffrant de diarrhées, de fièvre et d’infections respiratoires.

Les destructions et les souffrances des populations sont immenses. Mais nous ne pourrons pas faire face à ces besoins urgents si nous n’avons pas plus de matériel.

Evaluations des besoins. D’autres équipes qui se déplacent en camion évaluent les besoins entre Rangoun et Labuta, notamment à Bogaley, localité qui a été durement frappée. Dans tous les sites touchés, les équipes font des évaluations des besoins, distribuent de la nourriture et apportent des soins médicaux à la population.

Une fois terminées ces évaluations, d’autres camions chargés de matériel d’urgence et de nourriture doivent arriver rapidement. La nourriture distribuée provient des stocks MSF et du Programme alimentaire mondial (PAM). Nos équipes attendent l’arrivée de l’avion-cargo samedi, mais il faut d’urgence davantage de nourriture et d’eau potable.

« Des renforts indispensables en personnel et en matériel devraient arriver rapidement pour nous aider à développer nos opérations d’aide », explique Hugues Robert, responsable des urgences à MSF, à Genève.

« Nous avons eu des discussions très constructives avec les autorités et le fait qu’elles nous aient donné le feu-vert pour l’atterrissage samedi d’un premier avion-cargo est un signe positif. Nous avons constaté que les destructions et les souffrances des populations sont immenses. Mais nous ne pourrons pas faire face à ces besoins urgents si nous n’avons pas plus de matériel et si des équipes d’urgence plus expérimentées, en particulier pour l’approvisionnement en eau et la sanitation, n’arrivent pas. »

Alors que MSF accroît ses activités et commence à voir l’ampleur et la gravité des dommages, ainsi que le nombre de blessés et de personnes vulnérables exposées à la faim ou à des maladies, il est clair qu’une réponse bien plus conséquente est nécessaire de toute urgence.

43 volontaires étrangers et plus de 1200 Birmans travaillent pour MSF au Myanmar (Birmanie).

À lire aussi