Aide alimentaire : mettons fin au double standard !

Le Bangladesh est l\'un des principaux foyers de malnutrition infantile. Près de 50% des enfants de moins de cinq ans sont en sous poids
Le Bangladesh est l\'un des principaux foyers de malnutrition infantile. Près de 50% des enfants de moins de cinq ans sont en sous poids © Ron Haviv/VII

Starved For Attention - Nouveau regard sur la malnutrition"

 

 

Retrouvez la campagne « Starved for Attention - Nouveau regard sur la malnutrition » à Paris :Regardez la vidéo de l'expo

- le 13 octobre : Place du Palais royal

- le 14 octobre : Parvis de la gare Montparnasse

- le 16 octobre : Espace de la rue Aubry le Boucher, près du parvis du centre Pompidou

Regardez la vidéo du lancement de l'exposition Starved for Attention

 

 

Mini-site web Starved For Attention

 

Aide alimentaire aux Etats-Unis : un double standard


SFA USA 1Dans un pays qui fournit la moitié de l'aide alimentaire mondiale, pourquoi des aliments non-conformes aux normes sont-ils envoyés dans les régions les plus reculées de la planète, alors que les autorités américaines ont mis en place un programme efficace, aux États-Unis, dans le but de mettre à la disposition de leurs citoyens les plus pauvres, une alimentation de qualité ? Deux photojournalistes, Antonin Kratochvil et Jessica Dimmock, saisissent dans ce reportage en deux parties l'hypocrisie de la politique alimentaire des États-Unis.


>> En savoir plus sur l'aide alimentaire aux Etats-Unis : un double standard

 

 

Inde : Invisibilité


SFA Inde 1Alors même que l'économie indienne prospère, ils sont des millions, dont un nombre considérable d'enfants, à courir le plus grand danger. D'un État à un autre, les services sanitaires offerts aux patients varient considérablement. Les régions les plus pauvres et les plus reculées du pays disposent souvent d'installations médicales inadéquates et souffrent d'un déficit criant de personnels de santé. Le Programme alimentaire mondial (PAM) indique que plus d'un quart de la population mal nourrie de la planète se trouve en Inde, parmi lesquels on compte plus de huit millions d'enfants. La photojournaliste Stephanie Sinclair a tourné son objectif vers un programme de MSF dans le district de Darbhanga, dans l'État de Bihar, qui traite des enfants à l'épicentre de l'un des foyers de la malnutrition mondiale.

>> En savoir plus sur la malnutrition en Inde, une pathologie invisible

 

Mexique : Une solution de l'intérieur


SFA Mexique 1Le programme de sécurité nutritionnelle mis en place par l'État fédéral mexicain, Progresa/Oportunidades, a contribué à des avancées telles que la baisse du rachitisme et de l'anémie chez les jeunes enfants. Ce programme repose sur un faisceau de compléments nutritifs ciblant les zones rurales pauvres, ainsi que les femmes enceintes et allaitantes, et les enfants de moins de deux ans. L'impact d'Oportunidades a été si positif (il concerne désormais un foyer mexicain sur quatre) qu'il est devenu le modèle de programmes similaires partout dans le monde. Le reportage de John Stanmeyer décrit les succès des patients, médecins et travailleurs sociaux du programme Oportunidades, et les défis auxquels ils sont confrontés.

>> En savoir plus sur l'aide nutritionnelle au Mexique : une solution de l'intérieur

 


République démocratique du Congo : La malnutrition qui ne devrait pas exister


SFA RDC 1Dans l'est de la RDC, des années de conflit ont chassé des agriculteurs de leurs terres, ont forcé les familles à fuir des violences incessantes et volé aux enfants les aliments nutritifs dont ils ont besoin pour grandir et se développer. Les paysages luxuriants et riches en ressources minières du Congo sont un cadre ironique pour un taux de malnutrition infantile qui, selon la Banque mondiale, avoisine les 30%. Violence et instabilité chroniques empêchent la population civile d'accéder aux richesses agricoles du pays. MSF injecte dans ses projets au Congo plus de ressources que nulle part ailleurs, et emploie plus de 2 000 collaborateurs sur le terrain. Au cours de la seule année écoulée, les cliniques de MSF dans la région ont traité plus de 10 000 enfants mal nourris. Et pourtant, les soignants ne sont pas en mesure de répondre à tous les besoins.

>> En savoir plus sur la malnutrition qui ne devrait pas exister, en RD Congo


Bangladesh : Terrifiante normalité


SFA Bangladesh 1Le Bangladesh est l'un des épicentres mondiaux de la malnutrition infantile ; l'UNICEF estime que 48 % de tous les enfants bengalis âgés de moins de cinq ans sont mal nourris. Au Bangladesh, la malnutrition est particulièrement mortelle. En fait, un tiers de la mortalité infantile bengalie est la conséquence d'une malnutrition grave. Les mères mal nourries donnent fréquemment naissance à des bébés rachitiques, au poids insuffisant. La mauvaise santé de ces enfants ne leur permet pas de faire face aux diarrhées ou à d'autres maladies simples. Les petites filles mal nourries deviennent des femmes mal nourries, et le cercle vicieux continue.

>> En savoir plus sur la terrifiante normalité au Bangladesh

 

 

Burkina Faso : Le dévouement d'une mère


SFA Burkina2Connue sous le nom de « pénurie de la faim », la malnutrition rurale revient de manière saisonnière, lorsque les récoltes se font rares. Près de 80% des Burkinabés, qui dépendent pour survivre de l'agriculture de subsistance, perdent alors leur principale source de denrées alimentaires. Jessica Dimmock saisit avec tendresse les tensions émotionnelles déchirantes auxquelles est confrontée Natasha, une jeune mère qui travaille dur simplement pour tenter de nourrir ses enfants. Seule à l'âge de 24 ans, elle récupère du bois à brûler qu'elle vend sur le marché. Ses maigres revenus la contraignent à un choix impossible : acheter de la nourriture ou des médicaments pour ses trois enfants.

>> En savoir plus sur la malnutrition rurale au Burkina Faso

 

 

Djibouti : Frustration


SFA Djibouti 1A Djibouti, les terres arables représentent moins d'1% du paysage désertique. De ce fait, la quasi-totalité des denrées alimentaires du pays sont importées, ce qui renchérit encore le prix, déjà élevé, d'un repas nourrissant. Avec peu de terres agricoles et guère plus d'industries, la plupart des Djiboutiens survivent à peine. On estime qu'à l'échelle nationale, le taux de malnutrition s'établit à 27,5%, dont 7,1% de malnutrition aigüe grave. Il s'agit de l'un des taux de malnutrition endémique les plus élevés au monde. Dans une clinique du quartier de Balabala, à Djibouti, des médecins et personnels infirmiers de MSF luttent pour soigner le flot permanent de jeunes patients mal nourris. L'an passé, la clinique a soigné près de 1 730 enfants mal nourris âgés de moins de 5 ans.

 

>> En savoir plus sur la frustration engendrée par la situation nutritionnelle à Djibouti

 

Dans les médias

15 octobre 2010
TF1 News : "Envoyez-nous les bons aliments contre la malnutrition infantile"
Interview - Le Dr Issa Kanta, représentant de l'association nigérienne Forsani, s'associe à l'opération de Médecins Sans Frontières pour demander une réforme de l'aide internationale destinée à lutter contre la malnutrition des jeunes enfants.

13 octobre 2010
NouvelObs : MSF pointe la mauvaise qualité des denrées données au Sud
Médecins Sans Frontières a lancé mardi 12 octobre à l'occasion de la journée mondiale de la nutrition une exposition itinérante dans Paris pour sensibiliser le public sur la qualité parfois inefficace ou inadéquate des aliments envoyés dans les pays du Sud. Les photos et vidéos sont visibles le 13 octobre place du Palais Royal, le 14 à la gare Montparnasse, le 15 pont Saint-Louis et le 16 près du Centre Pompidou.

16 octobre 2010
Youphil : Les visages de la faim
Le travail des photographes de l'agence VII met en lumière les situations liées à la malnutrition et à l'insécurité alimentaire. La faim a de multiples visages. A l'occasion de la Journée mondiale de l'Alimentation le 16 octobre, sept photographes de l'agence VII, en collaboration avec l'ONG Médecins Sans Frontières, en dévoilent quelques-uns lors d'une exposition temporaire à Paris.

 

À lire aussi