En bref

Dépenses 2016 : 4 173 000 €
Financement institutionnels : 550 000€ de l'Allemagne, 36 000€ de la Suisse et 4 000€ 
Equipe : 18 internationaux et 197 nationaux
Autres sections MSF présentes : sections hollandaise et suisse

Projets

PROJET MOÏSSALA

A l’instar des autres pays sahéliens, le Tchad est en proie à des épidémies de paludisme. Ouvert en 2010, le projet à Moïssala a un double objectif : d’une part, assurer l’accès des populations à un traitement efficace, de l’autre, explorer les modes opératoires capables de réduire le nombre de cas sévère de paludisme.

En 2016, 22 centres de santé sont appuyés en approvisionnement antipaludéens, soutien au programme élargi de vaccination, prise en charge des références de cas. La chimio-préventive du paludisme saisonnier, introduite en 2012, est administrée à plus de 110 000 enfants de moins de 5 ans. 

Sur la même année, 40 555 patients ont été traités pour paludisme dans les centres de santé et 116 057 enfants ont reçu la chimio-prophylaxie saisonnière pour la maladie. 

LONG FORMAT

Depuis septembre 2016, les équipes de MSF ont mis en place un programme d’urgence pour répondre à une épidémie d’hépatite E dans la localité d’Am Timan, dans la région de Salamat : une zone où la maladie n’y est pas endémique, donc pas ou peu présente habituellement.  

En cinq mois, MSF a reçu plus de 800 patients présentant un symptôme de jaunisse aiguë. 68 de ces personnes ont été dépistées positives au virus de l’hépatite E et 61 d’entre elles ont dû être hospitalisées.
 

Long format : lutter contre l'hépatite E au Tchad

En savoir plus avec notre reportage photographique