Contexte

La région disputée des Monts Nouba dans l’état du Kordofan du Sud, au Soudan, n’était pas incluse dans l’accord de paix global signé en 2005 entre le Soudan et le Soudan du Sud. En juin 2011, l’armée soudanaise a essayé de désarmer les combattants Noubas et inévitablement  la  situation a de nouveau basculé dans la violence. Historiquement les combats dans ces montagnes se caractérisaient par un conflit de faible intensité avec des affrontements réguliers entre les forces gouvernementales et celles de l’opposition et une campagne incessante de bombardements aériens indiscriminés menée par le régime de Khartoum. Il y a eu des tentatives de négociation de paix entre Khartoum et l’SPLA-Nord, mais elles n’ont pas réussi jusqu’à présent à déboucher sur un armistice permanent. La population vivant dans les zones contrôlées par le SPLM-Nord ont difficilement accès à des soins de santé, voire pas du tout. Khartoum  a aussi mis en place un blocus draconien qui empêche l’acheminement de l’aide et des approvisionnements vers et depuis les montagnes.

Projets

PROJET FRANDALA, MONTS NOUBA, KORDOFAN DU SUD

Après une évaluation, la section française de MSF a ouvert un service OPD (hôpital de jour) et un petit IPD (hospitalisation) à Frandala en avril 2012. Pendant l’année 2013, la capacité d’accueil en IPD est passée de 10 à 20 lits et MSF a commencé à appuyer cinq centres de santé primaire dans la région. En 2014, MSF a essayé de maintenir une présence internationale dans les Monts Nouba, mais le bombardement de l’hôpital de Frandala en juin 2014, puis de nouveau en janvier 2015, a conduit MSF à suspendre ses opérations. Le personnel national de MSF a cependant poursuivi les activités médicales et a créé un nouveau service OPD et IPD, fruit d’une initiative locale, dans le village de Frandala.

Malgré les difficultés liées aux bombardements, aux problèmes de sécurité et à l’accès pendant la saison des pluies, MSF estime que la présence d’une équipe internationale à temps plein est nécessaire pour dispenser une meilleure qualité de soins à une population civile qui a grand besoin d’aide médicale. Par ailleurs des raisons humanitaires évidentes justifient une montée en puissance de nos opérations médicales dans cette région dévastée par un conflit qui dure et ne fait pas la une des médias.

En 2016, MSF va diriger 5-7 dispensaires de jour qui offriront des soins  primaires. Les dispensaires seront gérés par le personnel national avec le soutien d’une équipe mobile internationale. MSF va également créer un centre de stabilisation doté d’une capacité de 5 à 10 lits. Ce site de référence traitera les patients pendant une durée allant jusqu’à 48 heures avant de les laisser sortir ou de les orienter vers d’autres hôpitaux. Le centre de stabilisation sera géré par une équipe internationale avec le soutien de personnels nationaux formés par MSF à Yida (Soudan du Sud).

MSF continuera de fournir des soins hospitaliers pour les réfugiés des monts Nouba à Yida, Soudan du Sud.