Contexte

Le Nigeria affiche une mortalité maternelle élevée ; l’Etat de Jigawa, où se trouve le projet MSF de Jahun, a l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés du pays. On estime par ailleurs qu’entre 400.000 et 1.000.000 de femmes nigérianes vivent avec une fistule (2 cas pour 1.000 accouchements).

A Port-Harcourt, dans l’Etat de Rivers, MSF a décidé d’ouvrir une mission essentiellement destinée aux victimes de violences en marge de l’élection présidentielle (en avril 2015), l’Etat de Rivers étant une région à haut risque. Un hôpital temporaire a été installé dans un secteur neutre et sûr avec une équipe chirurgicale volante. Les violences sexuelles constituent un autre problème notoire et fréquent à Port-Harcourt, où aucun centre de santé ne propose une prise en charge complète des victimes de violences sexuelles (VVS). En 2015, MSF ouvrira un programme VVS dans un établissement public.

La situation dans le nord du Nigeria demeure problématique. Les affrontements qui opposent depuis plus de 4 ans le gouvernement nigérian et le groupe Boko Haram ont connu en 2014 une escalade dramatique. A cause des attaques de Boko Haram et de l’insécurité générale, l’Etat de Borno accueille à lui seul quelque 500 000 personnes déplacées, dont environ 350 000–400 000 dans la seule ville de Maiduguri, capitale de l’Etat (principalement des femmes et des enfants). La situation des déplacés est critique. Ils ont des besoins médicaux urgents, mais en raison de l’insécurité, rares sont les ONG internationales actuellement présentes dans l’Etat de Borno. MSF travaille à Maiduguri depuis août 2013.

Projets

PROJET DE JAHUN

L’objectif du projet est de dispenser des soins de qualité en maternité et en chirurgie des fistules, à l’hôpital de Jahun, pour les 424 709 habitants de Jahun et des zones de gouvernement local (subdivisions administratives).

En 2014, 9 321 patientes ont été admises, 64.5% étaient des cas de grossesse et/ou d’accouchements compliqués ; 6 770 accouchements et 1 116 césariennes ont été pratiqués ; 1 033 bébés ont été admis en néonatalogie; Et 273 patientes souffrant de fistule ont bénéficié d’une chirurgie. En 2015, MSF prévoit de transférer les accouchements sans complications aux équipes du ministère de la Santé.

EQUIPE D’URGENCE

L’objectif est de détecter toute épidémie et se tenir prêts - à travers une veille renforcée - pour initier une réponse appropriée aux flambées ; il est prévu de compléter ultérieurement l’équipe avec des personnels nationaux et internationaux supplémentaires en fonction des besoins.

En 2014, l’équipe d’urgence a été essentiellement mobilisée par des épidémies de choléra. 13 764 cas pris en charge à Bauchi, avec aussi des activités d’hygiène, d’assainissement et de sensibilisation ; soutien technique aux autorités sanitaires de l’Etat de Jigawa pour la prise en charge de 1 174 cas ; 10 semaines de réponse à une épidémie dans certains camps de déplacés et au sein de la communauté de Maiduguri, Etat de Borno : 4 536 cas pris en charge.

En 2015, l’équipe d’urgence restera en alerte afin d’apporter une réponse rapide et suivra la situation dans les Etats où MSF ne gère pas de projet régulier.

PROJET DE PORT-HARCOURT

En 2015, MSF ouvrira un programme dédié aux victimes de violences sexuelles (VVS) dans un établissement public. Nous améliorerons les soins aux VVS grâce à une prise en charge complète des conséquences médicales et psychologiques, en collaboration avec le ministère de la Santé de l’Etat de Rivers. Nous mènerons également des campagnes de sensibilisation auprès de la population afin de lutter contre la stigmatisation liée aux violences sexuelles et promouvoir une demande de soins précoce. Ce service médical fonctionnera 24/7, avec orientation en urgence pour soins secondaires. Nous formerons une équipe de terrain pour la sensibilisation et le suivi/traçage actif des patients. Nous attendons 60 nouveaux patients par mois.

PROJET DE BORNO

Entre septembre et décembre  2014, MSF a dispensé 2 448 consultations dans deux camps de déplacés de Maiduguri, essentiellement pour des cas de paludisme et de diarrhées ; 6 975 cas de choléra (issus des camps de déplacés et des quartiers de la ville) ont aussi été pris en charge.

En 2015, MSF continuera à améliorer l’accès aux soins ainsi que l’hygiène et l’assainissement, selon les besoins, dans 3 camps de déplacés de Maiduguri : National Youth Service Scheme (NYSC), Arabic teachers college (ATC) et Teachers village. Des références de patients vers les hôpitaux seront assurées si besoin. En cas d’épidémies, nos équipes continueront à répondre et à soutenir le ministère de la Santé. De même, nous nous tenons prêts en cas d’afflux massif de blessés (formations, donations, soutien aux personnels hospitaliers). Enfin, nous allons voir comment nous pouvons soutenir l’hôpital général de Monguno. Un dispensaire 24/7 a été ouvert dans le quartier de Maimussari : consultations générales, poses de pansements, lits d’observation, maternité (consultations anténatales, accouchements et références des cas compliqués), prise en charge de la malnutrition.