En bref

Au Burkina Faso, après cinq ans d’intervention sur un projet médico-nutritionnel, MSF se retire en décembre 2012 du Centre Médical avec Antenne chirurgicale (CMA) de Titao, dans la province du Lorum, ainsi que des centres périphériques où les équipes effectuaient des consultations ambulatoires.

Depuis mars 2012, MSF apporte des soins de santé primaires aux populations, réfugiées dans la province de l’Oudalan, qui ont fui le conflit au Mali voisin.

Dépenses 2012 : 2 346 000 €
Financements : 69 % de fonds privés et 31 % de fonds institutionnels (ECHO, European Community Humanitarian aid Office)
Équipe : 13 internationaux et 164 nationaux

Dossier Urgence Sahel

Dossier Urgence Sahel

Ce dossier rassemble les articles, vidéos, publications concernant la crise nutritionnelle frappant la région du Sahel.

Contexte

En 2012, le prix des céréales a subi au Burkina Faso une forte augmentation allant de 40 à 60%. Le ministère burkinabé de l’Agriculture a confirmé les résultats de la saison agro-pastorale 2012-2013 avec une production céréalière en hausse de 15 % par rapport à l’année précédente. Sur l’ensemble des 45 provinces, seules 7 seraient déficitaires.

Même si les déficits céréaliers, en eau et en fourrage ont laissé planer quelques doutes sur la situation dans les régions concernées, l’enquête nationale réalisée en octobre 2012 (malnutrition aiguë générale de 10,9% et malnutrition aiguë sévère de 1,8%) ne révèle pas d’augmentation des cas de malnutrition aiguë. 

Depuis février 2012, en raison du conflit malien, le Burkina Faso a accueilli plusieurs vagues de réfugiés. Au 30 mars 2013, ils seraient – selon le Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés – près de 49 000 dont 9 000 nouveaux arrivants, depuis qu’a été déclenchée l’offensive militaire internationale du 11 janvier 2013 dans le nord du Mali.

Au départ, les réfugiés étaient principalement regroupés dans des camps à proximité de la frontière malienne, dans la province de l’Oudalan. En octobre 2012, le gouvernement a décidé – pour raisons de sécurité – de les éloigner de la frontière avec le Mali et de les relocaliser dans des camps plus à l’intérieur des terres. Six mois après le début de ce processus, environ 11 300 réfugiés ont quitté les camps où MSF intervenait.

Projets

Titao - Prise en charge de la malnutrition

MSF travaille à Titao au Nord du pays, depuis 2007. MSF aide à réduire la morbidité et la mortalité infantile par une prise en charge médico-nutritionnelle des enfants de 0 à 14 ans au sein de l’unité de pédiatrie du Centre Médical avec Antenne chirurgicale (CMA) de Titao ainsi que dans 11 centres de santé périphériques.

Au cours de l’année 2012, 3 850 enfants malnutris aigus sévères ont été admis dans le programme dont 35% (1 347 enfants) admis directement au CRENI (centre de récupération nutritionnelle intensive) pour complications associées. 2 227 enfants ont été hospitalisés dans le CRENI dont 1 332 en admission directe et 895 transférés des centres ambulatoires (491 pour suivi nutritionnel et 404 pour pathologie sévère survenue au cours du suivi en ambulatoire). 1 374 enfants admis dans le service de pédiatrie dont 895 pour paludisme. 1 375 enfants ont par ailleurs été vaccinés contre la rougeole.

En décembre 2012, dans une volonté d’autonomisation du ministère burkinabé de la santé de la gestion des activités pédiatriques et nutritionnelles et compte tenu de la diminution du nombre d’admissions, MSF a clôturé son intervention à Titao. Depuis l’ouverture du projet, plus de 34 000 enfants souffrant de la malnutrition aiguë avaient été pris en charge dans le programme nutritionnel de Titao.

Depuis l’ouverture de la mission MSF au Burkina Faso en septembre 2007, c’est au total 59 274 enfants malnutris qui ont été traités par les équipes MSF sur les deux projets nutritionnels (24 281 enfants à Yako, fermé en 2011, et 34 993 enfants à Titao)

Province de l’Oudalan – Soins de santé primaires pour les réfugiés maliens

En mars 2012, MSF porte secours aux réfugiés maliens dans la province de l’Oudalan (district sanitaire de Gorom-Gorom). De mars à décembre 2012, l’équipe travaille dans le centre de santé de Gandafabou et dans le camp de Ferrerio et effectue des cliniques mobiles dans les camps de Dibissi et Ngatourou-niénié. Sur cette période, plus de 21 100 patients, dont 68% de réfugiés, reçoivent des soins de santé primaires en consultations externes. Plus de 1 100 consultations prénatales sont effectuées, 331 patients sont hospitalisés et 231 enfants sont traités pour malnutrition aiguë sévère. MSF assure également le transfert des patients si nécessaire.

Avec la détérioration de la sécurité dans la zone sahélienne du Burkina Faso, notamment le nord de la province de l’Oudalan qui jouxte la frontière avec le Mali, les autorités burkinabées décident de relocaliser, en début d’année 2013, les camps où MSF intervient, vers les camps de Goudébo et Mentao. Le processus entraîne une réduction du volume d’activités de MSF à partir de janvier 2013.

En avril 2013, MSF n’intervient plus que dans le centre de santé de Gandafabou et organise une clinique mobile dans le camp spontané de Dibissi deux fois par semaine. De janvier à mars 2013, MSF a pris en charge 3 140 patients en consultation externe dont 39,8% de réfugiés.

La relocalisation prochaine du dernier site de la zone d’intervention de MSF (Dibissi) commence en avril 2013. MSF planifie donc la fin de son intervention dans la province de l’Oudalan d’ici fin mai 2013.