En bref

Personnel International 2014 : 4 
Personnel National 2014 : 30
Nombre de projets 2014 : 1 
Budget 2014 : 647 000 €
Financements Institutionnels 2014 : 0 €
Autres centres opérationnels MSF présents : Aucun

MSF est présente dans le pays depuis 1995.

Dossier Urgence Sahel

Dossier Urgence Sahel

Ce dossier rassemble les articles, vidéos, publications concernant la crise nutritionnelle frappant la région du Sahel.

Contexte

Octobre 2014, suite à une mobilisation populaire massive contre la modification de la constitution, Blaise Compaoré a été contraint à la démission. En vue des prochaines présidentielles de fin 2015, un gouvernement de transition a été mis en place pour un an. Mais le climat social et politique pourrait rester tendu tout au long de l’année à venir. L’instabilité aux frontières maliennes et nigériennes, les risques de kidnapping et les élections présidentielles prévues dans la sous-région en 2015 (Côte d’Ivoire, Niger et Bénin) participent au sentiment général d’inquiétude. Enfin, le phénomène de coupeurs de route - observé jusque que là dans la région de l’Est – se produit désormais dans la région du Sahel, sur l’axe Ouaga – Dori.

Le Burkina Faso se situe dans une zone à risque épidémique (méningite, rougeole). Depuis début 2014, le virus Ebola sévit dans la sous-région et le pays est en alerte. Le ministère de la Santé prépare un plan de riposte et tous les partenaires humanitaires ont été sollicités en appui. La situation alimentaire et nutritionnelle est quant à elle jugée globalement satisfaisante.

Aujourd’hui, la plupart des ONG gèrent des projets de développement, peu ont la capacité, opérationnelle et financière, d’intervenir sur les urgences. Les financements institutionnels sont principalement orientés vers la prise en charge de la malnutrition sévère aigüe, la sécurité alimentaire, les projets d’accès à l’eau, d’éducation, d’agriculture et de micro crédit.

Projets

PROJET OUDALAN

De mars 2012 à septembre 2014, MSF a travaillé dans la région de l’Oudalan auprès des 8 000 réfugiés maliens et des 3 600 enfants âgés de moins de 5 ans de la population hôte de la zone : consultations, dépistage de la malnutrition, santé maternelle, hospitalisations, approvisionnement en médicaments et consommables, références de patients, vérification et rattrapage vaccinaux, entretien de la chaine de froid, surveillance épidémiologique, information et sensibilisation des réfugiés, réalisation d’une étude sur les tests de diagnostic rapide de la syphilis (août 2014).

Depuis juillet 2013, nos activités étaient concentrées sur les centres médicaux de Déou (2 000 réfugiés) et le centre médical de Dibissi (4 000 réfugiés) où une équipe mobile intervenait 3 fois par semaine. De janvier à septembre 2014, près de 15 000 consultations ont été dispensées ; 396 patients ont été hospitalisés ; 1 548 enfants âgés de 6 à 59 mois ont été dépistés pour la malnutrition dont 217 ont été admis dans notre projet nutritionnel.

MANIFESTATIONS A OUAGADOUGOU

Suite aux manifestations de 2014, MSF a évalué la capacité de prise en charge des blessés dans deux hôpitaux de la ville. Au total, 625 blessés et 9 décès ont été enregistrés. Une donation a été faite au CHU de Yalgado. Le rapide retour au calme n’a pas nécessité d’investissement supplémentaire de notre part.

MSF gardera un bureau au Burkina Faso jusqu’en juin 2015 afin d’assurer un suivi/analyse du contexte politique, sanitaire et humanitaire et de maintenir des relations avec les autorités.