En bref

En août 2013, MSF a annoncé la fermeture de tous ses projets en Somalie, suite à plusieurs agressions extrêmement graves à l'encontre des équipes dans un contexte où les groupes armés et les autorités civiles ont toléré voire soutenu les assassinats, les enlèvements et les attaques à l’encontre des travailleurs humanitaires.

MSF a travaillé pour la première fois en Somalie en 1979, puis de manière continue de 1991 jusqu’en août 2013.

Contexte

Après deux décennies de guerre civile, la majorité de la population somalienne vit dans un état quasi-permanent de crise. Les attaques, attentats et assassinats ciblés sont encore fréquents dans la capitale Mogadiscio. En 2013, alors que le nouveau gouvernement fédéral somalien, constitué en 2012, a tenté de reprendre le contrôle du pays, les régions du sud et du centre de la Somalie restaient encore sous contrôle du groupe islamiste Al-Shabbaab et étaient très difficiles d’accès aux organisations humanitaires. La mission de l'Union africaine en Somalie, appelée AMISOM (acronyme de l'anglais African Union Mission in Somalia), continuait tant bien que mal sa mission de maintien de la paix.

Malgré une légère amélioration de la situation nutritionnelle après la crise alimentaire de 2011, environ 870 000 personnes étaient toujours atteintes de malnutrition aiguë, notamment dans le sud du pays (source FSNAU - Food Security and Nutrition Analysis Unit 2013). En décembre 2013, on comptait 1 040 000 personnes déplacées vivant dans des conditions extrêmement précaires (source UNHCR). Ces populations très vulnérables n'avaient pas accès aux soins de santé adéquats ni aux produits de base.

En août 2013, MSF a décidé de fermer tous ses projets en Somalie. Certains acteurs, présents principalement dans la région centre sud de la Somalie et avec lesquels MSF négociait les conditions nécessaires pour continuer sa mission médicale humanitaire, ont joué un rôle dans le kidnapping de deux MSF, soit par une participation directe, soit par une approbation tacite. Les deux volontaires avaient été enlevées dans le camp de de réfugiés de Dadaab au Kenya, détenues dans le sud de la Somalie. Elles ont été relâchées en juillet 2013 après 21 mois de captivité. Cet événement particulièrement grave faisait également suite à l’assassinat de deux membres MSF à Mogadiscio en décembre 2011 suivi de la libération anticipée du tueur condamné. Ces deux incidents étaient les derniers d'une longue série d’agressions. Depuis 1991, quatorze autres volontaires ont été tués et l'organisation a subi des dizaines d'attaques contre son personnel, ses ambulances et ses infrastructures médicales.