En bref

En République démocratique du Congo (RDC), MSF poursuit ses activités au sein de l’hôpital général de référence de Rutshuru, dans la province du Nord Kivu, qui a connu en 2013 des épisodes mouvementés avec la présence du M23. Autour de Goma, MSF porte assistance aux personnes déplacées par le conflit.

Au Katanga, MSF développe un projet de contrôle du choléra à Kalemie qui combine le traitement des cas et l’amélioration du système d’adduction d’eau. A Kabalo et Kongolo, MSF assure la prise en charge des nombreux cas de paludisme.

Dans l’ensemble du pays, les équipes répondent ponctuellement aux urgences liées aux déplacements, au conflit ou aux épidémies, principalement de rougeole, de choléra ou de paludisme.

Dépenses 2013 : 12 983 000 €
Financements : 7% de fonds institutionnels et 93% de fonds privés
Équipe : 44 internationaux et 441 nationaux
Autres sections présentes : section hollandaise (Nord Kivu, Sud Kivu, Katanga), section belge (Kinshasa, Nord Kivu, Province Orientale) et réponse aux urgences dans le pays avec le Pool d’Urgence Congo (PUC), section espagnole (Sud Kivu), section suisse (Province Orientale). Capacité de réponse aux urgences.

WEB SéRIE "ALEX & FRED"

Alex et Fred en RDC


Alex et Fred
sont deux médecins lyonnais qui partent pour la première fois avec MSF. En 13 épisodes, ils nous racontent leur mission à Rutshuru, en RDC.

Contexte

En 2013, l’engagement de la communauté internationale pour la stabilisation de l’est de la RDC et le mandat militaire de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO) ont œuvré pour la neutralisation de plusieurs groupes rebelles opérant dans la région, modifiant radicalement le modus operandi des groupes armés impliqués au conflit.

A Rutshuru, tout au long de la période de siège du M23 (avril 2012 – octobre 2013), MSF est resté le seul acteur humanitaire sur place à répondre aux besoins des populations autochtones et déplacées, y compris le long de la route vers Goma et autour de la capitale. Fragilisée par des mouvements incessants pour fuir les conflits récurrents et par un accès minime à un système de santé défaillant, la population est de plus en plus confrontée aux épidémies de choléra, paludisme, méningite ou à la malnutrition.

Avec peu de subventions gouvernementales, un personnel qualifié insuffisant et inégalement réparti, une chaine d’approvisionnement défaillante, un désintérêt des acteurs humanitaires, et l’endémicité de nombreuses maladies, le Katanga est un désert sanitaire.

À Kalemie, le choléra est devenu endémique et des cas sont signalés tout au long de l'année.

Kabalo est un territoire enclavé géographiquement, surtout pendant la saison des pluies (de novembre à mars) lorsque les routes sont bloquées et impraticables, malgré l’existence d’un chemin de fer et du fleuve Congo. Le climat tropical est caractérisé par un fort taux d'humidité qui est favorable à la croissance du moustique anophèle, faisant de Kabalo une des aires de santé de la province la plus touchée par le paludisme, avec des formes cliniques très graves.

Projets

Nord-Kivu, Rutshuru, Hôpital Général de Référence (HGR)

L’appui de MSF à l’HGR de Rutshuru (287 lits d’hospitalisation), dans la province du Nord Kivu, a démarré en octobre 2005. MSF gère le « pôle chaud » : chirurgie, soins intensifs, urgences, grands brûlés et prise en charge des victimes de violences sexuelles.

L’activité hospitalière a fortement augmenté au cours de l’année 2013 avec une hausse de 48% du nombre de consultations aux urgences, soit 20 508 consultations. MSF a réalisé 7 643 interventions chirurgicales (15% d’augmentation par rapport à 2012) et 20 292 hospitalisations dont 69,7% en provenance des urgences.

Depuis avril 2013, une recrudescence de cas de paludisme (hors saison épidémiologique) a été enregistrée dans la zone de Rutshuru. En octobre 2013, suite à une persistante augmentation de cas, MSF a demandé et obtenu la déclaration de l’épidémie par les autorités, engendrant la gratuité de soins pour toute la population de la zone. L’utilisation de l’artesunate injectable en périphérie (43 232 consultations), a permis une prise en charge des cas graves au niveau des centres de santé et une réduction des références à l’HGR.

Nord-Kivu, Mugunga III : assistance aux populations déplacées

Le camp de déplacés Mugunga III, situé à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Goma, accueille les populations venant principalement des territoires de Rutshuru et du Masisi, fuyant les combats entre groupes rebelles et armée régulière (FARDC). Après la défaite et le retrait du M23 en octobre 2013 et la relative stabilisation qui en a résulté, le gouvernement et les bailleurs institutionnels préparent le processus de retour des personnes déplacées vers leur lieu d’origine. Fin 2013, l’assistance humanitaire a donc été interrompue dans les camps de déplacés, ce qui a contribué à une augmentation de l’insécurité, tant physique qu’alimentaire.

En 2013, MSF a réalisé 41 839 consultations, 2 929 admissions en salle d’observation, 702 références, 8 131 pansements et a traité 846 victimes de violence sexuelle.

Katanga, Kalémie : Contrôle du choléra par une approche multisectorielle 

Depuis 2010, MSF s’inscrit dans la dynamique des actions de lutte contre le choléra endémique à travers une série d’activités complémentaires : prise en charge des patients, renforcement de la surveillance des maladies diarrhéiques, extension du réseau d’adduction d’eau potable et introduction de la vaccination orale anticholérique préventive.

En novembre 2013, suite à deux incidents sécuritaires majeurs, le programme a dû être suspendu pendant un mois. La vaccination contre le choléra prévue à cette période a dû être annulée définitivement par manque d’engagement des autorités sanitaires.

Depuis mars 2014, tout le matériel, notamment les tuyaux indispensables à l’extension du réseau d’eau, est désormais sur place et le projet d’adduction en eau potable se poursuit.

Katanga, Kabalo : réponse à une épidémie de paludisme

Depuis 2012, MSF est présente dans la zone de santé de Kabalo pour la prise en charge d’une épidémie de paludisme répétitive. L’intervention comprend un volet curatif (traitement du paludisme dans quinze centres de santé pour les moins de 5 ans et les femmes enceintes et prise en charge des formes sévères à l’hôpital de Kabalo), une composante préventive pour les femmes enceintes lors des consultations prénatales, la distribution de moustiquaires imprégnées aux patients du service de pédiatrie et des activités de sensibilisation via les radios communautaires.

En 2013, les équipes ont réalisé près de 79 500 consultations dont plus de 54 000 pour traiter le paludisme. 81% des tests de diagnostic dans les centres de santé sont positifs chez les moins de 5 ans.

En août 2013, MSF est intervenue pendant une épidémie de rougeole pour assurer  la prise en charge des formes graves de la maladie dans l’hôpital ainsi que la mise à disposition de traitements pour les formes simples en périphérie. L’équipe a réalisé une campagne de vaccination contre la rougeole auprès de plus de 24 000 enfants entre 6 et 59 mois.

Enfin, suite à une enquête nutritionnelle révélant des chiffres alarmants, MSF a mis en place une unité nutritionnelle thérapeutique intensive et trois unités nutritionnelles thérapeutiques ambulatoires. En 2013, 1 085 enfants ont été pris en charge pour malnutrition.

Réponse aux urgences

Missions exploratoires et veille épidémiologique

Le 11 juillet 2013, Chantal, Philippe, Richard et Romy, quatre collègues congolais, ont été enlevés lors d’une mission exploratoire dans la localité de Kamango. Suite à cet incident sécuritaire critique, la présence dans le territoire de Beni et dans l’ensemble du Grand Nord de la province du Nord-Kivu est limitée. MSF a néanmoins gardé sa capacité de réponse aux épidémies dans le reste du pays.

Nord-Kivu, Ntamugenga : réponse aux déplacements de population

Début novembre 2013, lors de combats entre le groupe rebelle M23 et la coalition FARDC/MONUSCO, MSF (seul acteur humanitaire resté sur place pendant la crise) a porté assistance à 5 300 personnes déplacées par les combats autour de Rwanguba et Ntamugenga. Pendant deux semaines, MSF a distribué abris, couvertures, jerrycans et eau. L’équipe a également réhabilité des équipements d’hygiène.

Nord-Kivu, Birambizo : exploration / intervention

Suite à plusieurs alertes signalant des besoins de santé dans la zone de Birambizo, à la présence de déplacés (retournés ou nouveaux déplacés par les conflits dans la zone de Kitchanga) et à une mission exploratoire menée par la section belge dans la zone de Kabizo et Bambu, l’équipe MSF a décidé d’intervenir fin 2013.

L’objectif de cette intervention, à travers la reprise de contact avec les interlocuteurs de la zone de santé, la réponse aux urgences (choléra et paludisme) et l’évaluation de la chronicité des problèmes de santé, est multiple. Il s’agit de définir la pertinence d’une action sur le long terme et de faire un diagnostic des obstacles à la vaccination, afin de déterminer une stratégie d’intervention pour accompagner le plan élargi de vaccination dans cette zone de santé.

Katanga, Kongolo : réponse au pic de paludisme

Kongolo se situe dans une zone endémique du paludisme avec des pics épidémiques lors de la saison de pluie. Suite à une mission exploratoire en décembre 2013 après l’alerte d’une forte mortalité parmi les enfants de moins de 5 ans, MSF a apporté un support au service pédiatrique de l’HGR et à sept centres de santé périphériques entre mars et juin 2014.

Katanga, Lubumbashi : épidémies à répétition de rougeole et de choléra

En décembre 2013, une épidémie de rougeole a été déclarée dans plusieurs quartiers de Lubumbashi. L’OMS et l’UNICEF ont soutenu la prise en charge des formes simples de la maladie dans les centres de santé. Mais le traitement des patients présentant des complications a été plus problématique (manque de moyens financiers entravant l’accès aux soins, qualité de la prise en charge et pénurie de médicaments) ce qui a encouragé MSF à s’invertir dans deux hôpitaux de la capitale provinciale.

MSF a également effectué des distributions d’eau potable dans les quartiers les plus touchés de la ville pendant une épidémie de choléra.


Blog David en RDC

Blog du terrain : David en RDC

David LauterDavid Lauter est chirurgien généraliste près de Seattle aux Etats-Unis où il exerce depuis 20 ans. Il a trois enfants adolescents et trois chats. Les premiers vivent avec lui la moitié du temps alors que ces derniers sont résidents à temps plein.

Après une première expérience avec MSF en République centrafricaine, David effectue sa deuxième mission. Il sera basé à Rutshuru en République démocratique du Congo pendant cinq semaines.

Découvrez les récits de David sur son blog