En bref

En République Démocratique du Congo, MSF poursuit ses activités au sein de l’hôpital général de référence de Rutshuru, dans la province du Nord Kivu, qui a connu en 2012 la reprise du conflit avec l’apparition d’un nouveau groupe armé, le M23.

Au Katanga, MSF développe à Kalémie un projet de contrôle du choléra qui combine le traitement des cas et l’amélioration du système d’adduction d’eau.

Dans l’ensemble du pays, les équipes répondent ponctuellement aux urgences liées aux déplacements, au conflit ou aux épidémies, principalement de rougeole ou de paludisme. 

Dépenses 2012 : 10 215 000 €
Financements : 1% de fonds institutionnels et 99% de fonds privés
Équipe : 36 internationaux et 608 nationaux
Autres sections présentes : section hollandaise (Nord Kivu, Sud Kivu, Katanga), section belge (Kinshasa, Nord Kivu, Maniema, Province Orientale), section espagnole (Sud Kivu), section suisse (Province Orientale).

WEB SéRIE "ALEX & FRED"

Alex et Fred en RDC


Alex et Fred
sont deux médecins lyonnais qui partent pour la première fois avec MSF. En 13 épisodes, ils nous racontent leur mission à Rutshuru, en RDC.

Contexte

Dans le Nord Kivu, l’année 2012 a vu le retour d’un conflit armé majeur entre les Forces Armées de RDC (FARDC) et le groupe rebelle M23. En juillet, le M23 prend la moitié du territoire de Rutshuru. Fin novembre, Goma tombe entre ses mains, ainsi que Saké et des territoires du Masisi, pendant une dizaine de jours. Les différentes phases de ce conflit et la présence de nombreux groupes armés dans les territoires de l’Est ont entraîné le déplacement de près de 500 000 personnes depuis avril 2012 dans toute la province. Malgré la présence des agences onusiennes et d’une myriade d’ONG internationales et nationales, la situation humanitaire reste catastrophique au Nord Kivu, théâtre de violences récurrentes depuis 1994. Fragilisée par des déplacements incessants suite aux nombreux conflits et par un accès à un système de santé défaillant, la population est de plus confrontée chaque année aux épidémies de choléra, paludisme, méningite ou encore souffre parfois de malnutrition.

Dans la province du Katanga, globalement négligée des bailleurs de fonds, le peu d’ONG présentes développent des programmes de développement à long terme avec des impacts limités. L’endémicité de nombreuses maladies et le contexte politique tendu de la province s’ajoutent à une insuffisance du personnel de santé qualifié, une défaillance de la chaîne d’approvisionnement en médicaments et un manque de financement pour des hôpitaux sous-équipés qui pratiquent le recouvrement des coûts, rendant les soins bien loin des moyens de la population.

A Kalémie, le choléra  est devenu endémique. Des cas sont notifiés tout au long de l’année et des flambées se répètent chaque année ou dans des contextes propices à la propagation de la maladie, comme par exemple suite aux coupures d’électricité prolongées en 2011-2012.

Projets

Nord-Kivu, Rutshuru - Hôpital général de référence (HGR)

L’année 2012 fut marquée par la dégradation de la situation sécuritaire avec la reprise de conflits armés qui ont généré d’importants déplacements de populations et une augmentation des activités dans le service de chirurgie.

Les transferts de responsabilités des services de médecine interne, kinésithérapie, maternité et pédiatrie au ministère congolais de la Santé ont été finalisés en décembre 2012. Le ministère de la santé a repris la gestion de ces services (gestion des ressources humaines et responsabilité médicale) et MSF poursuit son support financier et l’approvisionnement en médicaments et matériel.

MSF maintient toutefois ses activités « pôle chaud » : chirurgie et bloc chirurgical, soins intensifs, urgences, grands brûlés et prise en charge des victimes de violences sexuelles. En 2012, MSF a réalisé 2 348 interventions chirurgicales, 13 889 admissions au service des urgences, 651 patientes victimes de violences sexuelles prises en charge, 5 800 admissions en pédiatrie et 3 335 accouchements. MSF intervient également dans la prise en charge des épidémies, notamment du paludisme (4 473 cas confirmés en 2012).

MSF a par ailleurs ouvert un programme de nutrition ambulatoire à Rugari en janvier après un screening qui a recensé 4,7% de malnutrition sévère

Katanga, Kalémie - Contrôle du Choléra : une approche multisectorielle 

MSF a lancé, en 2010, un projet de contrôle du choléra dans la ville de Kalémie qui s’inscrit dans la dynamique des actions de la lutte contre le choléra endémo-épidémique à travers une série d’activités complémentaires. Ces activités comprennent la prise en charge des cas, le renforcement de la surveillance des maladies diarrhéiques et l’extension du réseau d’adduction d’eau potable.

Au cours de l’année 2012, MSF réorganise la prise en charge des patients en rationalisant sa réponse principalement pendant les périodes de pic (soit deux fois par an) au lieu de maintenir une intervention continue tout au long de l’année. L’équipe traite ainsi 1 122 cas sévères sur l’année, dont une forte proportion d’enfants. 

Une enquête conduite par MSF et Epicentre fin 2011 sur les conditions d’hygiène et l’approvisionnement en eau des ménages a confirmé un problème d’accès, de quantité et de qualité à une eau potable ainsi qu’un assainissement nettement insuffisant. Suite à cette enquête, MSF réaffirme et valide son projet d’adduction en eau potable pour la ville de Kalémie qui sera implémenté à partir du second semestre 2013. 

Réponse aux urgences dans le Nord-Kivu

  • Rwanguba – Prise en charge du choléra

A Rwanguba, MSF a traité 467 cas de choléra.

  • Kayna – Traitement de la malnutrition sévère avec pathologies associées

MSF est intervenu au sein du service de pédiatrie de l’Hôpital Général Régional de Kayna, d’août à octobre 2012. Au total, 147 patients ont été pris en charge pour malnutrition aiguë sévère, une pathologie qui représente la deuxième cause d’admission à l’hôpital (après le paludisme) mais la première cause de mortalité.

  • Goma – Réponse chirurgicale aux victimes de violence

Les affrontements entre les rebelles de M23 et l’armée gouvernementale, survenus fin novembre 2012, se sont soldés par la prise de la ville de Goma et ont occasionné des dizaines de blessés. MSF est intervenue dans l’hôpital de Virunga, pour la prise en charge chirurgicale de 61 civils blessés par balle.

  • Kanyaruchinya et Mugunga III – Assistance aux populations déplacées

Entre avril et décembre 2012, plus de 500 000 personnes fuient les combats entre les groupes armés et les FARDC au Nord Kivu. De juillet à décembre 2012, MSF a offert des soins de santé primaires à la population déplacée et résidente de Kanyaruchinya. L’équipe a également assuré la prise en charge des victimes de violences sexuelles, une campagne de vaccination contre la rougeole et la mise en place d’un Centre de Traitement du Choléra (CTC) pour répondre à une épidémie. En un peu plus de 5 mois d’intervention, MSF a réalisé 15 271 consultations et traité 2 154 patients pour choléra.

Suite à la prise de Rutshuru, puis de Goma par le M23, en novembre 2012, 100 000 déplacés s’installent dans les camps de Mugunga, à l’ouest de Goma. MSF transfère alors ses activités dans le camp de Mugunga III en novembre, après la fermeture de Kanyaruchinya. Plus de 20 000 personnes vivent dans ce camp.

Début décembre, MSF vaccine près de 16 500 enfants dans les camps de Mugunga III et Don Bosco.

  • Vuhovi (Beni) – Vaccination rougeole

MSF a vacciné 51 072 enfants âgés de 6 mois à 15 ans.


Réponse aux urgences au Katanga

  • Kabalo – Réponse à une épidémie de paludisme

Après être intervenue une première fois en début d’année 2012 en réponse au pic épidémique de paludisme, première cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans, MSF intervient à nouveau en novembre pour assurer la prise en charge des cas. Entre début novembre 2012 et mi-avril 2013, les équipes ont traité près de 29 000 enfants au sein de l’unité de pédiatrie de l’hôpital de Kabalo et les 8 centres de santé périphériques soutenus. 81% des tests diagnostiques réalisés dans les centres de santé sont positifs chez les moins de 5 ans et 57% des enfants présentant un paludisme sévère ont besoin d’une transfusion sanguine.

  • Mitwaba – Assistance aux déplacés du « triangle de la mort »

Entre mai et août 2012, MSF soutient l’hôpital de référence de Mitwaba et les centres de santé de Kasungeshi et Kasongo-Mwanapour apporter des soins gratuits aux populations déplacées par les affrontements entre Maï-Maï et FARDC dans le triangle Mitwaba-Manono-Pweto. En cinq mois d’intervention, les équipes réalisent près de 14 000 consultations externes, 350 hospitalisations pédiatriques, 122 traitements pour malnutrition et 900 vaccinations contre la rougeole. MSF assure également 1 130 consultations prénatales et 150 accouchements.  

  • Lubumbashi – prise en charge du choléra

Depuis novembre 2012, MSF a mis en place des activités de traitement du choléra dans le nord ouest de la ville de Lubumbashi. Les équipes ont notamment construit un Centre de Traitement du Choléra de 80 lits.  De novembre 2012 à début mars 2013, plus de 1 000 patients ont été admis dans trois structures au total. 

Fin mars 2013, MSF développe des activités à Likasi, touchée également par le choléra.


Blog David en RDC

Blog du terrain : David en RDC

David LauterDavid Lauter est chirurgien généraliste près de Seattle aux Etats-Unis où il exerce depuis 20 ans. Il a trois enfants adolescents et trois chats. Les premiers vivent avec lui la moitié du temps alors que ces derniers sont résidents à temps plein.

Après une première expérience avec MSF en République centrafricaine, David effectue sa deuxième mission. Il sera basé à Rutshuru en République démocratique du Congo pendant cinq semaines.

Découvrez les récits de David sur son blog