Contexte

Malgré les progrès accomplis depuis dix ans dans la lutte contre le VIH-Sida, qui ont permis de réduire la prévalence nationale et de la stabiliser aux alentours de 7%, le taux de nouvelles infections est à nouveau en augmentation depuis 2010. L’épidémie de VIH, qui touche principalement les hétérosexuels, demeure considérable : environ 1,5 million d’Ougandais sont séropositifs.

Bien que l’Ouganda applique les directives émises par l’OMS en 2013, les principales difficultés concernent la qualité des soins, en particulier l’accès très limité aux tests de mesure de la charge virale, l’adhésion et la rétention des patients (taux d’abandon élevés), ainsi que l’accès aux soins pour certains groupes spécifiques (enfants, adolescents, populations de pêcheurs nomades).

Projets

PROJET D'ARUA

Un projet de prise en charge du VIH et de la tuberculose est mené depuis 2001 à l’hôpital régional de référence d’Arua. MSF a transmis la gestion des deux unités de soin au ministère de la Santé en avril et juillet 2014.

En 2013, MSF a mis en place à Arua un dispositif de mesure de la charge virale au chevet du patient, grâce à des tests SAMBA financés par UNITAID. En rapprochant les outils de diagnostic du lieu de séjour des patients, cette initiative permet d’améliorer leur état de santé. Sur les 15 396 mesures effectuées entre septembre 2013 et décembre 2015 (dont 6 869 en 2015), 19% ont révélé une charge virale détectable (>1000 copies). Parmi les patients affichant une charge virale détectable, 32 tests de résistance aux antirétroviraux (ARV) ont été réalisés et 14 d’entre eux ont confirmé l’échec des traitements de deuxième ligne. Sur ces 14 patients, 8 ont déjà démarré un traitement de troisième ligne, tandis que les 6 autres sont en cours  de préparation. Des échantillons continueront d’être collectés afin de vérifier la résistance aux médicaments : d’autres patients devront quant à eux bénéficier d’un traitement de troisième ligne.

PROJET DE KASESE

En 2014/2015, une évaluation de la situation des communautés de pêcheurs autour des lacs George et Édouard dans trois districts ougandais (Kasese, Kamwenge et Ruburizi) a montré que les capacités de diagnostic, de soin et de traitement du VIH ne répondaient pas à leurs besoins. MSF a donc lancé un projet pour cette population, identifiée comme la plus exposée avec une prévalence supérieure à la moyenne nationale.

Cette évaluation a également révélé que les adolescents et jeunes adultes de la municipalité de Kasese n’avaient pas accès à une offre complète de soins de santé sexuelle et reproductrice, ni à des services de prévention et de traitement du VIH et de la tuberculose et ce alors qu’ils sont confrontés à de graves problèmes (comportements à risque, grossesses précoces, violence sexuelle, avortements non sécurisés). Un centre pour adolescents a donc été ouvert par MSF à Kasese à la fin 2015.

Découvrez la chanson invitant les adolescents et jeunes adultes à se rendre au centre MSF de Kasese.

INTERVENTIONS D’URGENCE

Réfugiés sud-soudanais

Suite à l’afflux de Soudanais du Sud fuyant la guerre dans leur pays en décembre 2013, l’Ouganda  a  accueilli  plus  de 120 000 réfugiés. Dans le cadre de l’intervention lancée dans le district d’Adjumani en janvier 2014, MSF a assuré des soins ambulatoires, maternels et hospitaliers. Des activités de prévention du paludisme ont également été organisées. En juillet 2015, le projet a été transmis à une autre ONG.

Épidémie de paludisme

De juillet à novembre 2015, MSF a lancé une réponse d’urgence à une épidémie de paludisme dans le nord de l’Ouganda. Les équipes déployées dans les districts de Kole, Apac et Oyam ont mené des interventions mobiles et fixes (soutien aux soins ambulatoires et hospitaliers au Centre de santé IV d’Aboke, à Bala et au Centre de santé III d’Alito).

MSF a pris en charge 98 112 consultations ambulatoires (dont 38 077 cas de paludisme), 709 hospitalisations, 1558 soins prénatals et 429 accouchements. 106 cas de rougeole ont été traités et MSF a participé à une campagne de vaccination organisée par le ministère de la Santé.

En 2015, MSF a pris en charge 98 112 consultations ambulatoires (dont 38 077 cas de paludisme), 709 hospitalisations, 1 558 soins prénatals et 429 accouchements. 106 cas de rougeole ont été prise en charge et MSF a participé à une campagne de vaccination organisée par le ministère de la santé.