En bref

En Côte d’Ivoire, le conflit post électoral de 2011 étant terminé, MSF s’était retiré des hôpitaux d’Abidjan mais avait maintenu ses activités dans l’ouest du pays. La normalisation puis la stabilisation de la situation sécuritaire dans cette zone courant 2012, même si des tensions persistent, a finalement conduit MSF à réduire progressivement ses activités pour y mettre fin en milieu d’année 2013. Les activités menées dans les maternités de Duékoué et d’Abobo pendant la crise ont permis de mettre en lumière les carences en matière de santé maternelle (manque de personnel qualifié, inefficacité de la prise en charge des urgences obstétriques et des soins post-natals, etc.). MSF souhaiterait s’impliquer dans le futur dans les soins de santé des femmes.

Dépenses 2012 : 3 983 000 €
Financement : 100 % fonds privés
Equipe : 376 locaux et 20 expatriés

Partagez une aventure MSF !


Après avoir participé à la tournée du film Living in Emergency dans leurs univeristés respectives, Sandrine et Thibaut partent en Côte d'Ivoire pour visiter une mission MSF.

Découvrez leurs impressions et partagez avec eux le quotidien de la mission sur leur blog "Partagez une aventure MSF".

Contexte

Malgré le retour de la paix, la réconciliation nationale semble être en panne. L’année 2012 a été marquée par des pics de violence, voire des tentatives de déstabilisation du pouvoir en place à partir du Liberia ou du Ghana. La Côte d’Ivoire est donc aujourd’hui en phase de transition mais sa stabilité demeure fragile. Des événements comme les élections locales ou le procès de Laurent Gbagbo sont des sources potentielles de tensions, notamment à l’Ouest du pays.

Côté sanitaire, la crise post-électorale a provoqué une situation d’urgence et une désorganisation du système de santé. Des efforts ont néanmoins été consentis par l’Etat ivoirien. Les populations ont pu bénéficier de la gratuité des soins dans les structures publiques pendant plusieurs mois après la crise. Cette mesure temporaire a ensuite été remplacée par une nouvelle politique de gratuité « ciblée » qui met l’accent sur les pathologies les plus fréquentes chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes. Des mesures de restauration des centres de santé et des hôpitaux ont été entreprises. L’année 2013 a également été décrétée « année de la santé ». Cependant, si le budget qui y est consacré a augmenté de 25% cette année, il ne représente que 5% du budget de l’Etat. A ce jour, les acteurs de l’aide internationale sont toujours présents et concentrés dans les régions de l’Ouest de la Côte-d’Ivoire.

Projets

Les projets autours de Guiglo

Pour répondre à la crise post-électorale et à ses conséquences, MSF a développé des dispensaires mobiles avant d’établir ses projets dans cinq centres de santé : Blolequin, CIB, Nikla, Guinkin et Taï. La normalisation puis la stabilisation de la situation sécuritaire a conduit MSF à réduire progressivement ses activités. Les deux premiers sites ont cessé de fonctionner en janvier 2012. Le centre de Nikla a été fermé en mars et celui de Guinkuin en mai. Au total, sur les quatre sites, MSF a réalisé un peu plus de 19 000 consultations externes. Le paludisme reste la principale cause de mortalité et des consultations (40%), suivi des infections respiratoires aiguës.

Seul le programme de Taï est resté ouvert toute l’année 2012 et jusqu’à la fin du mois de mars 2013. Au total, 27 338 consultations y ont été réalisées, dont 33% de consultations pédiatriques. Après un retrait de l’Ouest de la Côte d’Ivoire, la situation tant sanitaire que sécuritaire sera suivie depuis Abidjan.

L’hôpital de Duékoué

Début 2011, suite à des violences inter ethniques, MSF a ouvert un programme d’urgences médico-chirurgicales à l’hôpital de Duékoué et s’est investi dans les urgences médicales et chirurgicales (1 795 interventions dont 60% de cas urgents), les consultations prénatales et les accouchements (2 100 accouchements de janvier à août), le service de pédiatrie (plus de 2 000 admissions en 8 mois dont 68 % pour paludisme), en néonatologie et en médecine interne. Les objectifs de l’année 2012 étaient de recentrer nos activités sur les soins de santé secondaires dans l’hôpital, et plus spécifiquement au niveau des urgences chirurgicales et pédiatriques. Faute d’accord sur les termes de la collaboration de MSF avec la direction de l’hôpital, MSF a entamé un processus de retrait aboutissant à la fermeture de ce programme en septembre 2012.