En bref

MSF s’était retirée des hôpitaux d’Abidjan après le conflit post-électoral de 2011, mais a maintenu ses activités dans l’ouest du pays jusqu’au début de l’année 2013. Les activités menées dans les maternités de Duékoué et d’Abobo pendant la crise ont permis de mettre en lumière les carences en matière de santé maternelle (manque de personnel qualifié, inefficacité de la prise en charge des urgences obstétriques et des soins postnataux). MSF a donc décidé de s’impliquer dans les soins de santé materno-infantile en 2014. La région centrale du Hambol avec le Centre Hospitalier Régional de Katiola a été retenue pour mettre en place ce nouveau projet, innovant.

Dépenses en 2013 : 1 024 000 €
Financement : 28 % de fonds institutionnels et 72 % de fonds privés
Equipe : 56 locaux et 7 expatriés
Autre section opérationnelle MSF présente dans le pays : section belge (centre de formation)

MSF est présente dans le pays depuis 1990.

Partagez une aventure MSF !


Après avoir participé à la tournée du film Living in Emergency dans leurs univeristés respectives, Sandrine et Thibaut partent en Côte d'Ivoire pour visiter une mission MSF.

Découvrez leurs impressions et partagez avec eux le quotidien de la mission sur leur blog "Partagez une aventure MSF".

Contexte

La Côte d’Ivoire connaît une relative stabilité socio-politique, mais de nombreux défis restent à relever aux niveaux politique, sécuritaire et économique.

La réconciliation nationale dépend beaucoup de l’issue du procès de Laurent Gbagbo à la Cour Pénale Internationale mais également du processus de désarmement des ex-combattants. De nombreux acteurs internationaux ont choisi de rester présents dans la perspective des élections présidentielles fin 2015 avec un risque majeur de déstabilisation.

Sur le plan sanitaire, les années de crise ont ébranlé le système de santé avec pour conséquence une répartition inégale du personnel de santé dans le pays et un plateau technique vieillissant. Le manque de personnel de santé persiste avec un médecin pour 10 000 habitants et peu de lits d’hospitalisation. La santé materno-infantile est prioritaire pour le ministère en raison de l’augmentation de la mortalité maternelle entre 2005 et 2012. En 2014, les mesures de gratuité ciblée pour les pathologies les plus fréquentes chez les enfants de 0 à 5 ans et les femmes enceintes seront maintenues même si les problèmes de dysfonctionnements persistent.

Projets

Projet de santé maternelle à Katiola

MSF ouvrira en 2014 un nouveau projet de santé materno-infantile dans la région du Hambol, située au centre de la Côte d’Ivoire. Cette région compte un total de 417 271 habitants et l’hôpital régional de référence est celui de la ville de Katiola (Centre Hospitalier Régional) d’une capacité de 90 lits. On y trouve les services de base en médecine, pédiatrie, maternité et chirurgie générale. Cependant, le plateau technique est vétuste et non adapté. Le taux d’occupation des lits était faible en 2012 (33%) et les urgences obstétriques et néonatales sont peu prises en charge. De manière générale, de nombreuses femmes accouchent à domicile avec l’aide des accoucheuses traditionnelles, ce qui augmente les risques de mortalité maternelle lors de complications ou grossesses difficiles. Le taux de mortalité maternelle, bien qu’inconnu dans la région, est certainement élevé comme dans le reste du pays. L’objectif du projet de santé materno-infantile à Katiola est de contribuer à améliorer la santé des femmes et des nouveau-nés dans la région en prenant en charge les urgences gynéco-obstétricales et néonatales. Le projet comportera également un volet formation de certains membres du personnel national. Avec la signature de l’accord cadre en avril 2014, les travaux de construction et d’extension de l’hôpital de Katiola se poursuivent et permettent d’espérer un lancement des activités médicales avant la fin de l’été 2014.