Projets

PROJET DE SANTÉ MATERNO-INFANTILE DU HAMBOL

La santé materno-infantile est la priorité du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP) du fait de l’augmentation de la mortalité maternelle entre 2005 et 2012. Selon l'enquête EDSCI-III réalisée en 2012, 543 femmes pour 100 000 naissances vivantes sont décédées en 2012, contre 614 en 2012.   

Ouvert en juillet 2014, le projet répond à un besoin (partagé avec le MSHP) d'amélioration de la santé maternelle, dans une région rurale, par l'amélioration de la prise en charge des urgences obstétricales et néonatales. L’un des objectifs est que l’hôpital de Katiola devienne un centre de référence pour les soins obstétriques et néonataux d’urgence. Un soutien est également fourni   aux centres de santé périphériques, pour renforcer la prise en charge et le système de référence.

Depuis son ouverture, le projet a connu plusieurs phases de développement successives. Entre juillet 2014 et 2015, d’importants travaux de construction, réhabilitation ainsi que de formation et d’organisation pour la prise en charge des urgences obstétricales dans différentes unités.

De juin à décembre 2015, l’installation définitive du soutien à l’hôpital de Katiola a été réalisée, avec la création d’une unité de néonatalogie et le soutien à deux centres de santé (réhabilitation et  mise en place de référence des urgences). C’est entre janvier et octobre 2016 que l'activité hospitalière se stabilise et que MSF apporte son soutien à une 3ème structure de santé.

Sur l'année 2016, une moyenne de 403 naissances par mois a été comptablisée par mois dans les centres de santé soutenus par MSF, pour 48,2 césariennes. L'hôpital de Katiola a admis en moyenne 55,2 patients par mois en unité néonatale et a délivré près de 170 consultations de soins néonataux. 

Depuis octobre 2016, au regard de la qualité de l’activité au sein de l’hôpital, une transition progressive de sa gestion a été initiée vers le ministère de la Santé et une nouvelle stratégie est en développement dans l’optique de couvrir les besoin de prise en charge des urgences obstétricales sur une plus large région.