En bref

Dépenses 2015 : 6 396 000 €
Financements institutionnels : 1 062 000 € (MFA Japon, conseils municipaux, gouvernement Ontario, DANIDA)
Equipe : 16 internationaux et 270 nationaux

INTERVENTION CONTRE EBOLA

► Consulter notre dossier spécial

 

ALLER PLUS LOIN

Blog Ebola

Contexte

Le Liberia a été l’un des trois pays frappés par la pire épidémie d’Ebola, qui s’est déclenchée en 2014. Déclaré pour la première fois exempt de transmission du virus Ébola en mai 2015, le pays a connu trois résurgences de la maladie au cours de l’année, dont la dernière en novembre. Grâce à la collaboration du ministère de la Santé et des acteurs internationaux, les cas ont pu être rapidement maîtrisés.

Le fonctionnement du système de santé a été profondément affecté par la crise causée par l’épidémie en raison de la perte de travailleurs de santé et de la capacité en lits devenue insuffisante (due au renforcement  des  mesures de contrôle et prévention des infections), mais aussi de la perte de confiance de la population à l’égard des services de santé. Dans le même temps, la plupart des acteurs internationaux ont reconsidéré leurs activités.

La section française de MSF n’avait pas pour objectif direct de dispenser des soins aux patients atteints d’Ebola, mais avait décidé de se concentrer sur les morbidités non liées à Ebola relatives à la population âgée de moins de 5 ans. En raison de l’absence de services de santé durant l’épidémie, la mortalité infantile a connu une recrudescence liée à des maladies pouvant être prévenues, telles que le paludisme, la diarrhée et les infections des voies respiratoires. L’objectif est de maintenir des soins de santé secondaires non liés à Ebola dans un contexte de présence de cette maladie. L’intégration  de nos services dans la carte sanitaire de Monrovia constitue également un aspect important.

Les survivants d’Ebola continuent à rencontrer des problèmes pour accéder à des soins médicaux et de santé mentale adéquats. La stigmatisation des survivants, en particulier lors des résurgences, est attisée de plus belle et les travailleurs de santé sont hantés par la peur d’être contaminés. Les recherches en cours ne se montrent pas encore suffisamment rassurantes concernant les risques d’infection transmise par un survivant. De nombreux points d’interrogation subsistent, d’où la réticence de la population à l’égard des survivants.

Dans le cadre de la réponse générale à l’épidémie, nous avons soutenu une campagne de vaccination contre la rougeole en mai 2015 et fait face en novembre 2015 à la dernière réapparition d’Ebola (IPC/HP).

Projets

PROJET MONROVIA

Les objectifs généraux sont :

  • Réduction de la mortalité infantile et de la morbidité chez les enfants âgés de moins de 5 ans et chez les nouveau-nés dans le comté de Montserrado, en fournissant des soins de santé secondaires gratuits et de qualité.
  • Réduction des troubles médico-psychologiques liés à la maladie à virus Ebola.
     

Hôpital de référence pour pédiatrie générale (moins de 5 ans)

Population ciblée : 300 000 habitants des communautés environnantes. Dans les faits, nous recevons des patients provenant de toute l’agglomération de Monrovia (1,2 million d’habitants).

Pour une population d’enfants de moins de 5 ans estimée à 175 000, la capacité en lits proposée à Monrovia aujourd’hui ne dépasse pas 15 en soins intensifs et 70 en pédiatrie (hôpitaux publics sans la capacité en lits de MSF). Notre hôpital joue un rôle essentiel dans la carte sanitaire de Monrovia pour couvrir les besoins pédiatriques dans la ville. Il permet d’accueillir des patients  pédiatriques  souffrant de problèmes médicaux graves dans une structure. Les patients qui requièrent des soins spécialisés sont référés vers d’autres hôpitaux. Un système spécifique de triage restera en place afin de maintenir les cas d’Ebola en dehors de l’hôpital.

En 2015, la capacité en lits était de 64 (10 en soins intensifs, 10 en soins intensifs néonatals, 16 en nutrition, 28 en pédiatrie) et 10 lits en salle d’urgence, avec la prévision de passer à 94 en 2016.

Nombre d’admissions :

  • Salle d’urgence : 3371
  • Soins intensifs : 785 (taux de mortalité 23%)
  • Pédiatrie : 1994
  • Nutrition : 486 (taux de mortalité 7%)
  • Néonatologie : 282 (taux de mortalité 16%)
     

Les principales morbidités concernent le paludisme, les infections des voies respiratoires inférieures, la malnutrition sévère aiguë et la septicémie dans le service néonatologie.

Après 3 mois de soutien à l’hôpital Jefferson Davies Junior (JDJ) du ministère de la Santé, nous poursuivons une étroite collaboration et une aide matérielle si nécessaire.

Clinique pour survivants

Population ciblée : 1500 survivants d’Ebola au Liberia, 1000 à Monrovia.

MSF dispense des soins médicaux de base, y compris aux patients référés vers des spécialistes. Les soins psychologiques consistent en des conseils personnalisés ou dispensés en groupe et en la prescription de médicaments psychotropes si nécessaire. Les activités de sensibilisation sur le terrain pour des visites initiales et des visites de suivi de patients sous médication psychiatrique, constituent un autre volet. Le critère d’âge n’entre pas en compte dans la clinique pour survivants qui propose également des services de santé mentale aux membres de la famille concernée ainsi qu’aux professionnels qui ont été actifs au cours de l’épidémie d’Ebola (équipes chargées des inhumations, travailleurs des centres de traitement Ebola), car nous avons réalisé que ces derniers rencontraient les mêmes problèmes.

Activité :

  • Nb. de visites totales : 1107
  • Nb. de visites de santé mentale : 695
  • Nb. de visites médicales : 980
  • Nb. de patients pour conseils : 280
  • Nb. de patients démarrant  des médicaments psychiatriques : 53