Le Dignity I
Le Dignity I © MSF

MSF reprend ses activités de recherche, de sauvetage et d’assistance médicale en Méditerranée centrale, entre l’Afrique et l’Europe, et a réalisé ce week end sa première opération de 2016. La Méditerranée constitue désormais l’un des seuls points de passage restants pour des milliers de réfugiés et de migrants qui tentent de rejoindre les côtes européennes. Déjà aujourd’hui, cette route migratoire enregistre le plus grand nombre de traversées. Le manque de voies de passage sécurisées et légales pour fuir et rechercher protection a fait de cette mer l’une des plus meurtrières au monde, avec 2 892 hommes, femmes et enfants décédés entre la Libye et l’Italie en 2015.

« À la même époque l’année dernière, lorsque MSF a lancé sa première opération de recherche et de sauvetage, la mer Méditerranée a été tristement baptisée "le cimetière de migrants" et depuis, les choses n’ont pas vraiment changé », déplore Joanne Liu, présidente internationale de Médecins Sans Frontières.

« Alors que les guerres et les crises continuent de provoquer la fuite de millions de personnes, l'absence d’une réponse globale à la crise des réfugiés, les politiques de dissuasion menées par les États européens, ainsi que leur refus de proposer d’autres moyens de migration que la traversée meurtrière de la Méditerranée, continuent de tuer des milliers de personnes. En tant qu'humanitaires, nous réitérons notre refus d’en être spectateurs depuis la côte. »

Le premier navire de recherche et de sauvetage  MSF, le Dignity I, a pris la mer le 21 avril depuis le port de La Valette, à Malte. Ce bateau, d'une capacité d’embarquement de 400 personnes, doté d'une équipe de 16  personnes dont plusieurs personnels médicaux expérimentés, sera déployé au large de la Libye et cherchera activement les navires en détresse.

Lors de sa première opération de 2016, qui s'est déroulée le 23 avril, le Dignity I a accepté un transfert de 308 personnes (205 hommes, 80 femmes et 23 enfants pour la plupart Erythréens), depuis un bateau de sauvetage italien qui avait effectué. Le Dignity I est maintenant en route pour la Sicile où ces 308 personnes seront débarquées lundi.

Au cours des prochaines semaines, MSF renforcera ses opérations de recherche et de sauvetage en missionnant d’autres équipes médicales hautement qualifiées et expérimentées à bord de deux navires de plus grande taille. Les navires disposeront des compétences et du matériel nécessaires pour délivrer des soins d’urgence et traiter les patients souffrant de déshydratation, de brûlures d’essence, d’hypothermie et de problèmes cutanés : ce sont les besoins médicaux reconnus comme les plus fréquents lors des opérations de sauvetage menées par l’organisation en 2015. MSF proposera également des soins psychologiques de premier secours, en mer, et assurera la continuité des soins dans le cadre de différents projets médicaux en Sicile.

« Les réfugiés et les migrants sont en quête d’une vie meilleure, ou en tous cas plus sûre. Ce n’est pas tolérable de les traiter comme des criminels, ou pire, de les laisser mourir. Plutôt que de concentrer ses efforts dans la surveillance policière et la lutte contre les réseaux de passeurs, les Etats européens doivent offrir des alternatives de passage sûres et légales et mettre en œuvre un système à la fois proactif et consacré  aux opérations de recherche et de sauvetage. Il en va de la survie de centaines de milliers de personnes », a conclu Joanne Liu.


En 2015, les équipes de MSF à bord des trois navires de recherche et de secours déployés en Méditerranée ont assisté plus de 23 000 personnes en 120 interventions différentes. En mer Égée, au nord de l’île de Lesbos, MSF a assisté, en partenariat avec Greenpeace, plus de 14 000 personnes entre la Turquie et la Grèce. En tout, Médecins Sans Frontières a soigné plus de 100 000 migrants et réfugiés en 2015 en Méditerranée, en mer Égée, en Grèce, en Italie et dans les Balkans.

dignity 1 first recue of 2016

Lors de la première opération de sauvetage du Dignity I en 2016 © MSF