Suite aux attaques du 5 décembre, des centaines de blessés ont été pris en charge par MSF qui étend ses activités pour continuer à les soigner. Des milliers de personnes déplacées ont fui les violences à Bangui, capitale de la République centrafricaine, et se sont regroupées sur plusieurs sites autour de la capitale. MSF fournit une aide médicale à environ 14 000 déplacés regroupés sur deux des principaux sites de Bangui.

Contact

Téléphone de garde du service de communication MSF : + 33 6 76 22 02 79

Salle d'opération à l'Hôpital communautaire à Bangui...

Au cours des deux derniers jours, les équipes MSF ont pris en charge 190 blessés à l’hôpital communautaire de Bangui. La plupart présentent des blessures par arme à feu ou arme blanche (machettes et couteaux). Aujourd’hui, avec l’afflux continu de blessés, l'hôpital est surchargé. Des blessés sont désormais pris en charge directement sur les camps de déplacés et référés vers d’autres structures médicales quand leur état le nécessite. « Nous avons pu faire face - jusqu’à présent - à l'afflux des blessés, mais nous craignons que l’hôpital communautaire soit bientôt saturé », alerte Marie-Elisabeth INGRES, coordinatrice du projet MSF à l’hôpital.

Actuellement, nos équipes renforcent les services hospitaliers en ouvrant un deuxième bloc opératoire et en installant trois tentes afin d’augmenter la capacité d'hospitalisation de l’hôpital communautaire. Une équipe  chirurgicale supplémentaire a été envoyée sur Bangui. Aujourd’hui, MSF a également commencé à travailler dans le centre de santé Castor de la ville, où nous soignons les blessés légers et offrons une prise en charge médicale pour les femmes enceintes.

« Il y a de plus en plus de familles déplacées regroupées sur différents sites autour de la ville » explique Marie-Elisabeth. « Elles vivent dans des conditions extrêmement précaires et il est vraiment urgent que d’avantage d’acteurs se mobilisent pour leur porter secours ! » MSF mène des cliniques mobiles pour environ 14 000 personnes déplacées regroupées sur l’aéroport de Bangui et dans le centre communautaire de Don Bosco. Nous offrons des soins médicaux aux enfants âgés de moins de 5 ans et aux femmes enceintes. Les blessés sont référés vers le centre de santé Castor ou vers l’hôpital communautaire. A Don Bosco, les équipes MSF mettent également en place des installations sanitaires pour les 5 à 6 000 personnes déplacées regroupées sur la zone.  

Ces derniers jours, des affrontements ont également eu lieu à Bossangoa, à environ 300 km au nord de Bangui. Les équipes MSF ont pris en charge environ 20 blessés et continuent à fournir des soins médicaux, un approvisionnement en eau et mènent des activités d’hygiène et de sanitation pour les 35 000 personnes déplacées vivant dans la ville.

Présente en RCA depuis 1997, MSF y gère actuellement sept projets réguliers (à Batangafo, Boguila, Carnot, Kabo, Ndéle, Paoua et Zémio) et trois projets d’urgence (à Bossangoa, Bouca et Bria). De plus, une équipe d’urgence mobile couvre les zones de Bouar, Mbaiki et Yaloké. D’ici la fin de l’année, MSF espère pouvoir initier des activités sur Bangassou et Ouango. Au total, nous offrons aujourd’hui des soins médicaux gratuits à environ 400 000 personnes ; proposons une capacité hospitalière d’environ 800 lits ; travaillons dans 7 hôpitaux, 2 centres de santé et 40 postes de santé ; et comptons plus de 100 personnels expatriés et environ 1 100 personnels centrafricains dans nos équipes.