Contexte

Le processus électoral démarré en 2015 a plongé le pays dans une nouvelle crise politique. Incapable de mener à terme l’élection présidentielle, le pays est aujourd’hui gouverné par un président provisoire désigné par un vote indirect. Dans un pays où la proportion de personnes vivant sous le seuil de pauvreté est estimée à 54 %, la situation socio-économique et politique du pays représente un facteur de déstabilisation.

Sur le plan humanitaire, environ 60 000 personnes affectées par le tremblement de terre de 2010 vivent toujours dans des camps et 11 700 patients atteints du choléra ont été enregistrés au 1er trimestre 2016.

Les brûlures représentent un véritable problème de santé publique. La première cause de brûlure est en effet liée aux conditions de vie précaires de centaines de milliers d’Haïtiens. Dans certaines habitations, il n’y a qu’un seul espace, souvent exigu pour se reposer, jouer, cuisiner. Les enfants sont les plus touchés (47 % de nos patients sont âgés de moins de 5 ans et 75 % ont moins de 15 ans). Grâce à son plateau technique et à son expertise dans le domaine, le Centre des Brûlés géré par MSF est la seule structure spécialisée du pays capable d’accueillir les brûlés.

Projets

En janvier 2015, afin de réduire la morbidité et la mortalité des patients brûlés à Port-au-Prince, MSF réoriente son hôpital d’urgences traumatologiques vers la prise en charge spécialisée de la brûlure sévère.

Cette structure dispose de 35 lits d’hospitalisation dont 9 lits de soins intensifs. En 2015, 1043 consultations d’urgences ont été faites et 622 admissions enregistrées ; 3292 poses de pansements, en ambulatoire ou au bloc, et 401 greffes de peau. Le 1er trimestre 2016 montre une augmentation significative d’activité due à une meilleure connaissance au sein de la population et du réseau national des structures sanitaires, de l’existence du Centre des Brûlés.

En 2016/2017, le Centre des Brûlés sera réhabilité et modifié afin de le rendre plus adapté à l’activité et d’offrir de meilleurs conditions d’hospitalisation aux patients. Ce projet MSF a pour objectifs plus spécifiques :

  • D’améliorer la prise en charge globale - et notamment la récupération fonctionnelle et émotionnelle - des brûlés ;
  • De continuer à diminuer la morbidité, les complications et la mortalité des brûlés – notamment grâce à une prise en charge la plus précoce possible, à l’introduction du derme artificiel et à la diminution de la prévalence des infections nosocomiales et des chocs septiques ;
  • D’améliorer le pronostic vital des patients ;
  • D’évaluer les possibilités de soutien à d’autres structures médicales pour la prise en charge des brûlés et de références pour les patients hors critères sur Port-au- Prince ;
  • De développer les compétences du personnel expatrié et haïtien, ainsi que la recherche clinique et opérationnelle ;
  • Et de mener une étude Epicentre sur « Les facteurs de risques pour toutes les causes de mortalité et de morbidité des patients brûlés à Port-au-Prince ».
     

Enfin, un réseau de soins hospitaliers spécifiques à la brûlure est en train d’être créé dans le reste du pays, grâce à un appui technique à des structures périphériques.

Découvrez nos témoignages de patients grands brûlés

Exposure MSF Haïti

Pour sensibiliser la population aux dangers que peuvent présenter la manipulation de produits chimiques, l’utilisation de bonbonnes de gaz obsolètes ou des habitudes domestiques à risque, MSF a choisi de laisser la parole aux patients. Parce qu’un témoignage avisé et quelques images sont plus convaincants que de simples conseils. Pour que le vécu de Guyousky, Manette et les autres contribuent à réduire le nombre d’accidents par brûlure. Et prouver qu’une guérison est possible. Chaque histoire présente la cause de la brûlure, la prise en charge effectuée par MSF et les principaux changements dans la vie quotidienne des patients et/ou de leur entourage. En témoignant à visage découvert, ils ont aussi choisi de dénoncer le stigma et l’exclusion sociale.
Voir notre Exposure "Grand brûlés : histoires à vif"