En bref

Dépenses 2014 : 7 475 000 €
Financement : 100 % fonds privés
Equipe : 22 internationaux et 292 nationaux
Autres sections MSF présentes : section belge, espagnole et suisse

Présente dans les années 1990, la section française de MSF est revenue en Haïti avec le cyclone Jeanne et les violences politiques sur Port-au-Prince en 2004.

Dossiers spéciaux

Dossier Tremblement de terre en Haïti

 

Retrouvez tous nos dossiers spéciaux consacrés à Haïti.

Contexte

Suite au nouvel échec de la conciliation engagée avec l’opposition sur la tenue d’élections législatives, communales et municipales en octobre 2014, la crise politique perdure. Avec, en 2015, des échéances électorales importantes - dont les présidentielles prévues pour la fin d’année - le risque d’instabilité est réel. Le mécontentement social va croissant (fin 2014, les déplacés du séisme de 2010 - soit environ 70 000 personnes - sont toujours répartis dans une centaine de camps, 60% de chômeurs, 6 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, très faible accès aux soins, à l’eau et à l’électricité) et se traduit par de nombreuses manifestations.

Les brûlures - reflet de la pauvreté de la population et conséquence indirecte du séisme de 2010 - représentent un véritable problème de santé publique. La première cause de brûlure est en effet liée aux conditions de vie très précaires de centaines de milliers d’Haïtiens. Dans certaines habitations, il n’y a qu’un seul espace, souvent exigu pour se reposer, jouer, cuisinier. Les femmes et les enfants sont souvent brûlés au cours d’accidents domestiques. Les enfants sont les plus touchés (40% de nos patients sont âgés de moins de 24 mois et 11% ont entre 25 et 49 mois). Grâce à son plateau technique et à son expertise dans le domaine, l’hôpital MSF de Drouillard est actuellement quasiment la seule structure capable d’accueillir les brûlés en Haïti et est devenu, avec le temps, le centre de référence national.

Projets

PROJET DE DROUILLARD

En janvier 2013, afin de réduire la morbidité et la mortalité des patients brûlés à Port-au-Prince, MSF intégrait son service spécialisé – ouvert en mai 2011 et jusque-là installé dans des tentes gonflables extérieures - à l’intérieur de l’hôpital de Drouillard.

Ce service dispose de 35 lits d’hospitalisation. En 2014, on comptait chaque mois, 145 admissions, 709 poses de pansements, en ambulatoire ou au bloc, et 34 greffes de peau.

En 2015, nous allons passer de 500 à 600 admissions/an. Le projet de Drouillard sera également relocalisé dans une nouvelle structure uniquement dédiée à la prise en charge des brûlés. Ce nouveau  projet MSF aura pour objectifs plus spécifiques :

  • D'améliorer la prise en charge globale – et notamment la récupération fonctionnelle et émotionnelle - des brûlés ;
  • De continuer à diminuer la morbidité, les complications et la mortalité des brûlés – notamment grâce à une prise en charge la plus précoce possible, à l’amélioration des prescriptions antibiotiques pour les infections, à la mise en place d’un laboratoire 100% MSF et à la diminution de la prévalence des infections nosocomiales et des chocs septiques ;
  • D’améliorer le pronostic vital des patients ;
  • D’évaluer les possibilités de soutien à d’autres structures médicales pour la prise en charge des brûlés et de références pour les patients hors critères sur Port-au-Prince ;
  • De créer un réseau de soins hospitaliers dans le reste du pays en créant des Unités de prise en charge Basique des Brûlés (UBB) en périphérie de Port-au-Prince . ;
  • De développer les compétences du personnel expatrié et haïtien, ainsi que la recherche clinique et opérationnelle ;
  • De faciliter le transfert de compétences vers d’autres projets MSF ;
  • Et de mener une étude Epicentre sur « Les facteurs de risques pour toutes les causes de mortalité et de morbidité des patients brûlés à Port-au-Prince ».


Deux structures ont été identifiées pour accueillir le projet. La décision sera prise courant 2015. Dans cette perspective de fermeture de Drouillard et de relocalisation du projet, les activités chirurgicales (orthopédiques et viscérales), les urgences et la prise en charge des victimes de violences sexuelles ont été suspendues en juillet 2014. Une revue et un suivi des patients jusqu’à leur décharge complète ont été réalisés. En 2014, à Drouillard, 6 310 patients ont été reçus aux urgences ; 1 356 patients ont été hospitalisés (dont 485 brûlés) ; 5 398 actes chirurgicaux et 11 168 poses de pansements ont été effectués ; 16 784 sessions de kinésithérapie et 771 consultations de santé mentale ont eu lieu.

Découvrez nos témoignages de patients grands brûlés

Exposure MSF Haïti

Pour sensibiliser la population aux dangers que peuvent présenter la manipulation de produits chimiques, l’utilisation de bonbonnes de gaz obsolètes ou des habitudes domestiques à risque, MSF a choisi de laisser la parole aux patients. Parce qu’un témoignage avisé et quelques images sont plus convaincants que de simples conseils. Pour que le vécu de Guyousky, Manette et les autres contribuent à réduire le nombre d’accidents par brûlure. Et prouver qu’une guérison est possible. Chaque histoire présente la cause de la brûlure, la prise en charge effectuée par MSF et les principaux changements dans la vie quotidienne des patients et/ou de leur entourage. En témoignant à visage découvert, ils ont aussi choisi de dénoncer le stigma et l’exclusion sociale.
Voir notre Exposure "Grand brûlés : histoires à vif"