Contexte

Fin 2013, des affrontements meurtriers entre les forces de sécurité, l'opposition et les ouvriers en grève ont reflété une crise politique et sociale qui s'est confirmée en 2014. Au moins 5 manifestants ont été abattus, près de 40 personnes ont été blessées et 23 ont été arrêtées et détenues, sur intervention des forces de sécurité, de la police et des agents de la police militaire. L'expression publique du mécontentement s'est traduite de manière sensible par une augmentation des grèves, protestations, manifestations diverses concernant l'irrégularité des élections, la revendication de salaires minimaux, le populisme anti-vietnamien, la question de la crise foncière, etc.

La contestation des résultats des élections et de la formation de la nouvelle assemblée nationale et du nouveau gouvernement s'est poursuivie jusqu'à ce qu'un accord survienne en juillet 2014. Le PSNC (Parti du Sauvetage National du Cambodge) a annoncé sa décision de rejoindre le parlement et le PPC (Parti Populaire Cambodgien) a accepté un certain nombre de concessions, dont une commission électorale relativement plus indépendante. La réconciliation actuelle entre les partis politiques adverses augure bien de la stabilité au Cambodge. Il s'agit là d'une nouvelle étape vers une démocratie plus stable.

La tuberculose (TB) : en 10 ans, une réduction significative de 45 % de la prévalence de la TB (cas bactériologiquement confirmés) a été observée. Malgré cette diminution, le Cambodge a toujours la seconde plus forte prévalence dans le monde, derrière l'Afrique du Sud (764 vs. 857/100 000). Le pays reçoit une aide financière de l'USAID, du Fonds mondial et d'autres donateurs multilatéraux et bilatéraux, tels que les agences de coopération internationale australienne, japonaise et allemande. Il existe également un pool d'environ 10 ONG qui soutiennent les activités de lutte contre la TB dans le pays.

Projets

Un rapport sur le modèle complet de soins contre la TB mis en œuvre dans la province de Kampong Cham fait état, pour l'année 2014 jusqu'en septembre, d'un nombre total de 495 cas de TB de toutes formes détectés à l'hôpital provincial de référence et de 296 patients atteints de TB de toutes formes à l'hôpital du district de Cheung Prey. La cohorte de patients souffrant de TB MDR (tuberculose multi-résistante) comptait 25 sujets en septembre, 14 atteints de TB PDR (tuberculose poly-résistante), 11 de TB MDR, auxquels MSF a apporté une aide médicale comprenant la fourniture de médicaments et un « paquet social ». Après 4 années de soutien, MSF OCP a décidé de retirer son aide pour les activités de lutte contre la TB dans la province de Kampong Cham, y compris les activités dans le district de Cheung Prey fin 2015.

Révision des objectifs 2014

  • Diminution de notre implication directe dans l'hôpital régional de référence, avec le plus faible impact possible sur la qualité des soins, afin de nous concentrer davantage sur les stratégies de détection des cas. Dans cette optique, la zone de contrôle a été fermée fin septembre.
  • La pratique consistant à transférer les cas faisant l'objet d'un suivi routinier et sans complications a été mise en place en mai 2014 et les patients diagnostiqués sont orientés vers leur centre de santé d'origine.
  • La cohorte active comprenait 244 patients fin septembre 2014, chiffre le plus faible des dernières années.
     

Test de sensibilité aux médicaments : le test a été définitivement validé par le laboratoire supra-national en mai 2014. Nous poursuivons le renforcement de la détection passive des cas dans le district de Cheung Prey.

Détection active des cas : la première phase de détection active des cas dans le district Tboung Kmum a été mise en place début 2014. La seconde phase a démarré en octobre 2014 et s'est terminée en avril 2015.

NTM (Non-Tuberculosis Mycobacterium) : la mise en place de l'étude NTM se poursuit. 1 208 patients ont été enrôlés jusqu'en janvier, en octobre 2014 seulement 104 patients en suivi. Aucun patient sous traitement.