En bref

Au Cambodge, MSF soigne la tuberculose classique et la tuberculose résistante (DR-TB) dans la province de Kampong Cham, la plus peuplée du pays. L’objectif est d'améliorer l'accès à un traitement approprié et au dépistage de la maladie.

MSF travaille aussi dans trois prisons de Phnom Penh, la capitale cambodgienne, où ses équipes délivrent des soins et des traitements contre le VIH et la tuberculose. MSF a également mis en place des mesures permettant d’améliorer le contrôle de l'infection en prison.

Dépenses 2012 : 1 768 000 €
Financements : 100 % fonds privés
Équipe : 13 internationaux et 115 nationaux

Contexte

Le Cambodge a longtemps détenu l'un des taux de tuberculose les plus élevés au monde, à travers un système de santé affaibli par des décennies de conflit et de difficultés économiques. Ces dix dernières années, de nombreux acteurs internationaux se sont toutefois mobilisés pour permettre à tous les patients d’avoir accès au traitement dans les centres de soins de santé primaires. L'incidence de la maladie a donc considérablement chuté, mais le système reste fortement dépendant de l'aide extérieure.

Malgré une diminution de 1 % par an de l'incidence de la tuberculose, le Cambodge détient toujours le taux d'incidence le plus élevé de la région du Pacifique occidental, estimé à environ 424 cas pour 100 000 habitants (Organisation mondiale de la santé – 2012). Le Cambodge possède l’un des taux d'incidence et de mortalité de la tuberculose les plus élevés d'Asie et fait parti des 22 pays les plus touchés par la maladie.

La situation dans les prisons cambodgiennes est par ailleurs alarmante, avec une prévalence de la tuberculose quatre à six fois plus importante et un taux d’infection par le VIH jusqu'à neuf fois supérieur en milieu carcéral. Les mauvaises conditions de vie et d'hygiène, la surpopulation et la ventilation insuffisante sont propices à la propagation des maladies comme le VIH et la tuberculose. Le pays a adopté des mécanismes de financement innovants pour soutenir le système de santé, mais la tuberculose reste négligée et dépendante des acteurs et des financements externes.

Projets

Programme tuberculose dans la province de Kampong Cham

Commencé en 2010, ce programme vise à fournir un traitement complet de la tuberculose. MSF a d'abord concentré ses efforts dans le district opérationnel de Kampong Cham-Kampong Siem (KC-KS), en détectant les malades, en délivrant des soins externes spécialisés à l'hôpital provincial et en prodiguant des soins aux patients hospitalisés dans un état grave et dans le cadre du traitement initial de la tuberculose résistante aux médicaments (DR-TB).

En 2012, MSF a considérablement élargi son action pour subvenir aux besoins des communautés du district opérationnel de KC-KS. MSF a également décentralisé ses activités dans le district opérationnel de Cheung Prey. En travaillant avec les centres médicaux communautaires, les équipes continuent de sensibiliser les personnes suspectées d’être malades de la tuberculose en vue d’un dépistage précoce.

Les équipes MSF collaborent avec les médecins du ministère cambodgien de la Santé pour identifier les cas potentiels de tuberculose présents dans les autres services de l'hôpital, où 25 à 30 % des malades ont été diagnostiqués (en particulier dans le service pédiatrique). En 2012, MSF a sensiblement amélioré les activités de dépistage pédiatrique de la tuberculose à l'hôpital de Kampong Cham, ce qui a permis de mettre un plus grand nombre d'enfants sous traitement.

En décembre 2012, nous avons terminé la construction d'un nouveau laboratoire de culture de la tuberculose équipé d'outils de diagnostic de pointe, comme le MGIT (Mycobacterial Growth Indicator Tube, tube indicateur de croissance mycobactérienne) et le GeneXpert. Ces outils ont amélioré le diagnostic de la tuberculose et de la DR-TB en réduisant la durée d'analyse de 2 ou 3 mois, par les méthodes conventionnelles, à 2 ou 3 semaines, par l'analyse MGIT et à environ 1 heure et demie, pour le GeneXpert.

Deux fois par mois, un médecin et un éducateur MSF participent à une émission radiophonique sur la tuberculose. En outre, des séminaires de sensibilisation sont régulièrement organisés dans les pagodes, universités, lycées et mosquées. Le but de ces activités ambulatoires est d'accroître la compréhension de la maladie et de réduire la stigmatisation subie par les malades. MSF travaille également au niveau national pour améliorer le programme cambodgien de lutte contre la tuberculose.

Grâce aux activités menées en 2012, les équipes MSF délivrent aujourd'hui 1 000 consultations par mois au service de tuberculose de l'hôpital de Kampong Cham. Elles effectuent également de nombreuses visites à domicile et des consultations de suivi. Ces activités ont grandement augmenté par rapport à 2011.

En 2012, 3 532 malades présumés ont été dépistés dans la province de Kampong Cham et 865 nouveaux patients ont été soignés. Dix-huit nouveaux patients ont été diagnostiqués avec la DR-TB, dont douze avec une forme multi-résistante de la maladie. Le nombre total de patients est supposé doubler en 2013.

Auprès des détenus

Depuis février 2010, MSF travaille également dans trois prisons de Phnom Penh, ce qui représente 25 % de la population carcérale totale du Cambodge. L'objectif est d'améliorer le dépistage de la tuberculose et du VIH et de proposer des soins et traitements adaptés aux prisonniers souffrant de ces maladies au cours de leur détention.

Afin de réduire la transmission et l'incidence de la tuberculose, MSF travaille étroitement avec le personnel médical des prisons et du programme national de lutte pour améliorer les pratiques de dépistage et de contrôle de l'infection. Tous les malades présumés sont isolés jusqu'à ce que leurs résultats soient confirmés. Les patients atteints de tuberculose résistante sont isolés plus longtemps. Lorsque la tuberculose et/ou le VIH sont diagnostiqués, MSF fournit des soins et un traitement au patient pendant sa détention, lui facilite l'accès aux médicaments et au suivi médical après sa libération ou après son transfert vers une autre prison. Cet aspect du programme est essentiel pour prévenir la transmission de la DR-TB.

MSF intervient également pour des problèmes liés aux infections sexuellement transmissibles, pour des soins prénatals et la vaccination des femmes enceintes, pour des activités nutritionnelles en pédiatrie et pour le dépistage du VIH et de la tuberculose.

En 2013, MSF assurera progressivement la passation de ses activités carcérales aux organisations cambodgiennes et clôturera la majeure partie de ces programmes d'ici juillet 2013.