Des frappes aériennes menées la nuit dernière dans le nord du Yémen par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont détruit un hôpital soutenu par Médecins Sans Frontières (MSF).

Contact

Soir et week-end :
+33 (0)6 81 27 74 71

Yémen, Haydan, le 27 octobre 2015.

Le petit hôpital situé dans le district de Haydan dans la province de Saada a été touché par plusieurs raids aériens. Le personnel de l’hôpital et deux patients ont réussi à fuir après la première frappe à 22h30. D’autres raids ont suivi pendant environ deux heures. Un membre du personnel a été légèrement blessé en prenant la fuite. Maintenant que cet hôpital est détruit, au moins 200 000 personnes se retrouvent  privées d’accès à des soins médicaux vitaux.

« Cette attaque est une nouvelle illustration du mépris total pour les civils au Yémen où les bombardements sont quasi-quotidiens », observe Hassan Boucenine, chef de mission MSF au Yémen.

Le bombardement des civils et des hôpitaux est une violation du droit humanitaire international et MSF demande que les forces de la coalition fournissent des explications sur les circonstances de cette attaque sur Haydan. Les coordonnées GPS ont été régulièrement transmises à la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et le toit de l’hôpital était clairement identifié avec un logo MSF.

« Même 12 heures après le raid aérien, j’ai pu voir de la fumée au-dessus de l’hôpital, a indiqué Miriam Czech, coordinatrice de projet MSF à Saada. Les salles d’hospitalisation, de consultations, la maternité, le laboratoire et la salle d’urgence sont détruits. C’était le seul hôpital encore fonctionnel dans toute la région d’Haydan, » a-t-elle ajouté.

MSF a commencé à apporter un soutien à cet hôpital en mai dernier. Depuis, environ 3 400 patients ont été soignés, avec une moyenne de 200 blessés de guerre par mois reçus dans la salle d’urgence.

« Le Yémen se trouve pris dans une guerre totale où la population qui se trouve du mauvais côté est considérée comme une cible légitime, déclare Hassan Boucenine. Des marchés, des écoles, des routes, des ponts, des camions transportant de la nourriture, des camps de personnes déplacées et des structures médiales ont été bombardées et détruites. Et les premières victimes sont les civils. »

Pour MSF, la priorité est de mettre en place un nouvel hôpital dès que possible, de manière à maintenir une offre de soins médicaux pour la population de Haydan.

MSF est présente dans huit gouvernorats au Yémen (Sanaa, Saada, Aden, Taëz, Amran, Al-Dhale, Ibb et Hajja). Depuis le début du conflit au Yémen en mars 2015, MSF a pris en charge plus de 15 500 blessés de guerre et continue à dispenser des soins de santé courants.