Le Dr Esther Sterk et un MSF en combinaison imperméable, lors d'une épidémie d'Ebola en Ouganda en 2007.
Le Dr Esther Sterk et un MSF en combinaison imperméable, lors d'une épidémie d'Ebola en Ouganda en 2007. © Claude Mahoudeau/MSF

L’épidémie d’Ebola déclarée par le ministère de la Santé le 22 mars est la première à toucher la Guinée. Les derniers chiffres officiels font état de 86 cas suspect et 60 décès. La priorité des équipes sur place est d’identifier les patients présentant des symptômes d’Ebola et de les isoler, tout en leur fournissant des soins de qualité.

Ebola : en Bref

L’Ebola désigne plusieurs souches du même virus, identifié pour la première fois chez l’humain en 1976 au Soudan et en République démocratique du Congo (RDC) le long de la rivière Ebola. Les virus de type Ebola sont à l’origine de maladies foudroyantes aboutissant le plus souvent au décès. Ils provoquent des fièvres hémorragiques (causant un saignement interne ou externe), tout comme la fièvre de Marburg, causé par un virus apparenté. Il n’existe ni traitement, ni vaccin.

 

On pense que certaines espèces de chauves-souris habitant dans les forêts tropicales d’Afrique centrale et d’Afrique de l’ouest constituent le réservoir naturel de l’Ebola. Porteuses des virus, elles ne présentent pas de symptômes et semblent contaminer les grands singes et les humains par leurs fientes ou leurs morsures. Les humains peuvent aussi attraper ces virus après un contact avec des animaux infectés morts ou vivants ou alors d’autres personnes infectées.

 

Les dernières épidémies d’Ebola ont tué plusieurs dizaines de personnes à la fin de l’été 2012 en Ouganda et en RDC. Malgré sa dangerosité, la maladie reste rare. Depuis la découverte des virus en 1976, environ 2200 cas, dont plus de 1 500 mortels, ont été recensés. Mais il est certain que des cas sporadiques ou même des épidémies ne sont pas détectés, car ils interviennent dans des endroits si reculés que la population n’a pas accès aux soins.

En collaboration avec le ministère de la Santé, MSF a mis en place une structure d’isolement à Guéckédou et est en train d’en installer une autre à Macenta, deux villes de la Guinée forestière, au sud du pays. Des équipes mobiles évaluent également la situation à Kissidougou et Nzérékoré, et surveillent de près les pays frontaliers, principalement la Sierra Leone et le Liberia, où des cas suspects ont été signalés.

Le Dr Esther Sterk est spécialiste des maladies tropicales pour Médecins Sans Frontières. Parmi ses nombreuses missions, elle est intervenue à plusieurs reprises à l’occasion d’épidémies d’Ebola en Ouganda et en RDC, la dernière fois en été 2012.

Quelle est la particularité de l’Ebola?

C’est une maladie rare. Les épidémies sont limitées mais elles créent à chaque fois la panique. Cela tient au fait que l’issue est fatale dans 25% à 90% des cas. Après une incubation de deux à 21 jours, le virus d’Ebola provoque une fièvre brutale, des maux de tête, des douleurs musculaires, une conjonctivite, une faiblesse générale puis dans un deuxième temps des vomissements, des diarrhées et parfois une éruption cutanée. Le virus se répand dans le sang et paralyse le système immunitaire. L’Ebola est d’autant plus redoutable que ses virus ne sont pas tout de suite repérés par l’organisme. Quand ce dernier réagit, il est souvent trop tard. Les virus ont créé des caillots, bloquant les organes vitaux et provoquant d’importantes hémorragies. Les malades peuvent saigner abondamment, y compris par le nez ou via leur urine.

La maladie est transmise par un contact avec les fluides des personnes ou animaux infectés, comme l’urine, la sueur, le sang ou le lait maternel. Les proches ainsi que le personnel de santé s’occupant des malades courent de grands risques d’être contaminés. La forte mortalité et les signes hémorragiques sont tellement impressionnants qu’il est souvent arrivé que le personnel de santé s’enfuie en abandonnant les patients.

Les rites funéraires pendant lesquels les proches lavent le défunt sont également un moyen de transmission important dans les communautés africaines.

Comment MSF fait-elle face aux épidémies d’Ebola, alors qu’il n’existe pas de traitement?

Même s’il n’y a pas de traitement curatif, on peut réduire la très haute mortalité de l’Ebola en s’attaquant à ses symptômes. En perfusant, par exemple, les patients déshydratés par les diarrhées ou en vérifiant qu’ils ne soient pas aussi atteints par une autre maladie, comme le paludisme ou une infection bactérienne comme la typhoïde. Des vitamines et des anti-douleurs peuvent aussi être utiles. Quand la personne a des pertes de conscience et saigne abondamment, son cas est désespéré. On soulage alors la souffrance du malade et on l’accompagne jusqu’à la fin.

Ces dernières années, MSF a été impliquée contre toutes les épidémies d’Ebola. Dès le premier cas confirmé par l’analyse de prélèvement de sang, toute personne qui s'occupe de patients infectés doit porter une combinaison imperméable, des gants, un masque et des lunettes de protection, et rester très vigilant dans les actes de soins. Des sas de décontamination sont en général installés entre les malades isolés et l'environnement extérieur. Pour circonscrire l’épidémie, il est important de remonter toute la chaîne de transmission. Tous les contact des patients susceptibles d'avoir été contaminés sont surveillés et isolés dès les premiers signes d’infection. Il faut aussi informer les communautés touchées sur la maladie et sur les précautions à prendre pour limiter les risques de contamination. Avec des mesures d’hygiènes de base, comme se laver les mains, on peut en grande partie diminuer le risque de transmission.

Quelles sont les perspectives de lutte contre l’Ebola?

Même si plusieurs pays s’y intéressent pour parer des menaces de guerre bactériologique ou de bioterrorisme, la recherche est limitée. Le nombre peu élevé d’épidémies et de malades ne facilite pas les investigations. Pour développer des vaccins, il faudrait avoir suffisamment de volontaires. Les recherches se poursuivent aussi sur l’origine du virus et sur les chauves-souris, son réservoir naturel probable.

Ces dernières années, MSF est intervenue contre presque toutes les épidémies d’Ebola. D’autres acteurs sont aussi présents mais nous pouvons apporter notre expérience dans le traitement des cas. Il faut souvent beaucoup de matériel pour isoler les patients et éviter toute contamination avec le personnel soignant. Nous essayons aussi d’augmenter la réactivité de notre réponse à ces épidémies. C’est la clef du succès. Dès la confirmation du premier cas, il faut agir le plus vite possible. Le défi est que l’Ebola survient dans des endroits reculés et qu’il faut un certain temps avant que la maladie soit identifiée et que les autorités sanitaires soient alertées. De plus, les premiers symptômes ressemblent à ceux du paludisme. Nous formons donc le personnel de santé pour qu’il puisse réagir rapidement.