La Jungle de Calais lors de son démantèlement en octobre 2016.
La Jungle de Calais lors de son démantèlement en octobre 2016. © Samuel Hanryon/MSF

Deux responsables de Médecins Sans Fontières témoignent des conditions de vie inhumaines imposées par l’Etat aux réfugiés.

Présentes à Calais, du 12 au 16 juin, afin de fournir des soins médicaux, les équipes de Médecins Sans Frontières ont constaté à quel point les autorités publiques intensifient la traque et le harcèlement des personnes migrantes et de ceux qui souhaitent leur venir en aide. Seules les initiatives des associations locales et nationales ayant été âprement négociées avec la mairie et la préfecture offrent un peu de répit aux quelques centaines d’Afghans, Erythréens, Ethiopiens, Soudanais et Somaliens présents dans le Calaisis et en attente d’un passage, périlleux et incertain, en Grande-Bretagne.

L’essentiel des secours tolérés se produit dans une zone de distribution, entièrement grillagée depuis le 13 juin, et située non loin de l’ancienne « Jungle » démantelée en octobre dernier. Débutant à 18h, cette distribution quotidienne, la seule autorisée par la mairie, est très encadrée par les forces de l’ordre : la gendarmerie d’abord qui garde le site en journée afin d’assurer qu’aucun regroupement n’ait lieu avant 18h, puis CRS, police nationale, Brigade anti-criminalité, Police de l’air et des Frontières. L’apparition soudaine de centaines de personnes surgissant des bois et des forêts à cette occasion donne lieu à des scènes surprenantes. Calais semble être devenue une cage de zoo, une cage dont on ouvre la porte de temps à autres pour faire boire et donner à manger en s’assurant que les migrants ne s’en approchent pas trop et qu’ils ne s’enfuient pas. 

En dehors de ce créneau, d’à peine plus d’une heure et bien évidemment insuffisant pour fournir de la nourriture à toutes et tous, l’accueil offert par le prêtre de l’Eglise Saint-Joseph permet la fourniture d’un deuxième repas, d’eau et un peu de repos à ceux qui osent s’aventurer en ville. Aucun point d’eau fixe n’est en effet disponible pour que les exilés puissent s’hydrater et se laver.

Toute initiative d’aide qui ne s’inscrirait pas dans ces dispositifs – pour l’un autorisé, et pour l’autre, tout juste toléré – est irrémédiablement traquée dans la ville. Au nom du refus des « points de fixations », les rassemblements de migrants sont dispersés, de même que toute tentative de leur offrir des secours supplémentaires. Présente lors d’une de ces interventions de dispersion, notre équipe a constaté l’empressement d’un groupe de la Brigade anti-criminalité à mettre fin à la distribution d’une soixantaine de repas. Selon l’agent de police en charge de l’opération interpellé par un membre de notre équipe, « un repas par jour, ce n’est pas suffisant, mais j’ai des ordres ».

Les migrants, dont certains ne sont qu’adolescents, dorment dans la forêt, les marécages, sur le sable. Ils sont généralement en bonne forme physique, mais sont épuisés, victimes de problèmes dermatologiques liés à des conditions d’hygiène désastreuses, des problèmes oculaires du fait des gazages, ainsi que d’entorses et de plaies. Il arrive que la police les réveille la nuit et les fasse déguerpir, gazant, au passage, leurs vêtements et leur sac de couchage. Par ailleurs, l’extrême précarité des conditions de vie, combinée aux fragilités psychologiques, aux addictions et aux tensions personnelles aboutit parfois à des violences. Deux personnes migrantes ont ainsi été légèrement blessées à l’occasion de la survenue en début de semaine d’une altercation en fin de distribution. La police n’est alors pas intervenue : selon l’un de ses responsables sur place, elle avait là encore des ordres en ce sens.

Au terme de cette visite, les conclusions tirées par notre équipe rejoignent celles du Défenseur des droits qui dénonçait dans un communiqué du 14 juin « les conditions de vie inhumaines que subissent les exilés à Calais ». Si ces pratiques institutionnelles de non-accueil s’inscrivent dans la continuité des années précédentes, rarement les autorités n’avaient semblé si déterminées à harceler les migrants. Dans ce contexte, nous exprimons notre pleine solidarité avec ces derniers ainsi qu’avec les associations locales ou initiatives d’aide individuelles. Nous appelons également les autorités à répondre favorablement aux recommandations émises par le Défenseur des droits et soutenons le dépôt, le 15 juin, d’un référé-liberté par les associations. Il semble malheureusement que la puissance publique ne soit capable d’agir que sous la pression, publique et juridique. Actuellement, près de 300 personnes dorment dans les sous-bois de la ville voisine de Grande-Synthe, 600 à 700 autres à Calais, plusieurs centaines sur les trottoirs de Paris et de Saint-Denis. Les arrivées de personnes migrantes en France, dont certaines n’auront d’autre projet que de se rendre en Grande-Bretagne, se feront sans doute plus nombreuses dans les mois à venir. Or, la dispersion et l’invisibilisation des migrants, par la violence et les entraves à la solidarité, ne peuvent pas tenir lieu de politique d’accueil.

Michaël Neuman, directeur d’études, MSF - Crash
Corinne Torre, chef de mission, Médecins Sans Frontières

Cette tribune a été publiée en premier lieu sur Le Monde.fr