L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré aujourd’hui l’épidémie d’Ebola qui sévit en Afrique de l’Ouest une « urgence de santé publique de portée mondiale ». A l’heure actuelle, 932 personnes sont déjà décédées dans la région. La réaction de Bart Janssens, directeur des opérations de Médecins Sans Frontières (MSF).

Dossier Urgence Ebola

► Retrouvez notre dossier consacré à cette épidémie.

Contact

Pierre Borelle
00 33 1 40 21 27 94
pierre.borelle@paris.msf.org

Soir et week-end, vous pouvez appeler le
00 33 6 81 27 74 71

Sylvain Cherkaoui/COSMOS
« La déclaration de l’OMS démontre à quel point elle prend au sérieux cette épidémie. Mais ce ne sont pas les déclarations qui sauvent des vies. Cette déclaration doit maintenant se traduire rapidement en actes sur le terrain.

MSF travaille en Guinée, en Sierra Leone et au Libéria avec 66 expatriés et 610 collaborateurs locaux pour lutter contre l’épidémie. Tous nos spécialistes en Ebola sont mobilisés, nous ne pouvons tout simplement pas faire davantage.

MSF répète depuis des semaines qu’une réponse médicale et épidémiologique massive et coordonnée doit impérativement se mettre en place pour sauver des vies et renverser le cours de l’épidémie. Des vies sont perdues parce que la réponse est beaucoup trop lente.

Les pays qui ont les compétences nécessaires doivent immédiatement déployer des experts en maladies infectieuses et du matériel dans la région. Il est évident que l’épidémie ne sera pas endiguée sans un déploiement bien plus important de moyens dans ces pays.

Concrètement, il est nécessaire de renforcer massivement la provision de soins médicaux, la formation du personnel de santé, le contrôle infectieux afin d’éviter de nouvelles contaminations, le suivi des personnes qui ont été en contact avec un cas suspect ou confirmé, la surveillance épidémiologique, le système d’alerte et de transfert des cas, ainsi que la mobilisation et la sensibilisation des communautés. »