Transmettre un patrimoine à une association comme Médecins Sans Frontières vous permet, comme les autres modes de soutien, d’agir à nos côtés auprès des plus vulnérables.

Par sa nature et la démarche personnelle qu'elle implique, la transmission de patrimoine est un geste solidaire décisif qui s’inscrit souvent dans le parcours d’une vie. Parvenir à énoncer clairement son intention demande du temps et de la réflexion.

 

Découvrez les témoignages de nos bienfaiteurs

Michèle, Jacques, Feyisitan et Monsieur et Madame D se sont engagés aux côtés de MSF. Ils ont accepté de raconter leur parcours.
 
 
Michèle, 71 ans
 
« Savoir que mon engagement auprès de Médecins sans Frontières pourra perdurer dans le temps est essentiel pour moi. J’ai décidé de transmettre mon patrimoine à MSF, car je crois que l’on part avec ce que l’on a donné. D’ici-là, je veux continuer à prendre soin de moi et à faire des projets comme voyager par exemple. L’assurance-vie m’a permis de constituer une épargne disponible pour financer des travaux et transmettre des biens en bon état. Et j’ai pu aussi nommer MSF bénéficiaire de mon assurance-vie. »

 

Jacques, 70 ans

Après le décès de mon épouse, j’ai pensé qu’une bonne manière de lui rendre hommage serait de transmettre notre patrimoine commun à Médecins sans Frontières. Nous partagions des valeurs essentielles à nos yeux : l’humanisme, l’altruisme, la justice. Il était important pour nous d’aider ceux qui peuvent aider les autres. J’ai voulu m’assurer malgré tout que ma décision aurait convenu à ma femme. Je m’en suis ouvert à ses amies proches, et elles m’ont réconforté. J’ai aussi dialogué avec la chargée de relations testateurs de MSF. En parler m’a aidé à avancer, et une fois prêt, j’ai modifié mon testament. Aujourd’hui, je suis apaisé car, en faisant ce legs, je donne à MSF les moyens de mener des actions selon des valeurs que ma femme et moi partagions.

 

Feyisitan, 55 ans

J’ai grandi au Nigéria où je suis né. J’ai quitté le pays en 1989 pour étudier en Europe et aux Etats-Unis. Dans ma jeunesse, j’ai vu ce qu’était la souffrance en Afrique, les difficultés de la vie à cause de l’instabilité politique, de la guerre et de la précarité. Aujourd’hui, je souhaite contribuer au recul de cette souffrance. J’ai connu les actions de MSF par les médias, et j'en suis très admiratif. Je partage les valeurs de l’association, ainsi que ses principes d’aide humanitaire. J’espère pouvoir un jour rejoindre MSF sur le terrain en ma qualité de pharmacien. Sinon, je veux apporter mon soutien d’une autre manière. C’est pourquoi j’ai décidé de faire un don par testament. Je me sens apaisé car je sais que MSF fera bon usage de ce don et respectera mon vœu.

 

Monsieur et Madame D, 70 ans

« Nous avons tous les deux 70 ans et pas d’enfant. D’où la nécessité pour nous, et la liberté aussi, de choisir nos héritiers. Laisser notre maison à des amis ? Ils ne pourraient pas la garder à cause des droits de succession. Et puis Médecins Sans Frontières tient de plus en plus de place dans nos têtes et dans notre vie. Quand nous avons lu dans le journal des donateurs qu’il était possible de faire un legs, cela nous a tout de suite convenu. Nous avons fait chacun un testament olographe identique, désignant l’autre conjoint comme légataire. Après le décès du dernier vivant, l’association deviendra légataire universelle de nos biens. À charge pour elle de reverser une somme d’argent à une amie, que nous souhaitons depuis longtemps avoir comme héritière.»

 

Brochure legs, donation, assurance-vie

Je souhaite recevoir en toute confidentialité votre guide sur les legs, donation et assurance-vie

 

Une équipe à vos côtés >