Exposition photo « Intimités temporaires » à Grande-Synthe par Bruno Fert

MSF présente l’exposition photo « Itinéraires intérieurs » à Paris, du 5 au 15 janvier 2017 au Point Ephémère, puis du 17 janvier au 17 février à la Galerie l'Aiguillage.


Photographies et recueil de témoignages par Bruno Fert

Bruno Fert a choisi de parler des migrants en montrant leurs habitations. Ces abris, bien que provisoires, reflètent la singularité́ de ceux qui y logent. Ils racontent leur vie à un moment difficile et important de leur parcours.

Le photographe explique sa démarche :

« Je suis parti à la rencontre des populations migrantes qui franchissent la Méditerranée pour trouver refuge en Europe. J'ai choisi de photographier les intérieurs des abris aménagés, le temps d'une étape, au sein des camps ou des « jungles » en France et en Grèce. 

Un intérieur est un lieu de vie, un foyer. C’est un lieu d’intimité. Il reflète ce que chacun possède et ce qu’il est, l’identité comme les aspirations. 

Ce qui m’intéresse c’est la façon dont ces hommes et ces femmes reconstituent un foyer avec quelques objets : objets gardés tout au long du voyage en souvenir de leur vie passée, objets fabriqués ou achetés pour améliorer leur quotidien, transformer leur refuge et éloigner leur détresse.

Regarder l'habitat comme un dénominateur commun

Habiter est ce que nous avons tous en commun. Que nous soyons nomades ou sédentaires, nous habitons tous. Les abris temporaires des populations migrantes reflètent leur personnalité́, tout comme nos appartements et nos maisons parlent de nous. C'est à partir de ce point commun que je veux amener le public à s’identifier, à se mettre à la place de l'autre en observant son lieu de vie. Et c'est justement pour que le public puisse se projeter que je photographie, dans un premier temps, ces lieux sans leurs habitants.

Portraits & témoignages

Aux images d’intérieurs viennent s’ajouter les portraits de leurs occupants. Réalisées sur fond neutre, ces images montrent les visages de ces hommes et de ces femmes en les dissociant du contexte. Ce n'est plus l'image d'un migrant qui marche dans la boue au milieu des tentes mais le visage d'un semblable. Le visage d'une femme ou d'un homme qui me regarde.

Ces portraits sont accompagnés de témoignages réalisés avec l'aide précieuse des interprètes de Médecins Sans Frontières. »


Médecins Sans Frontières auprès des migrants

Des dizaines de millions de personnes fuient actuellement les conflits, l’extrême misère  ou les persécutions dans le monde entier.

Faute de voie d’accès sûre et légale, la seule option pour tous ceux qui cherchent à rallier l’Europe est d’embarquer pour des sommes exorbitantes sur des bateaux de fortune surchargés en Méditerranée, entreprenant ainsi le voyage le plus dangereux au monde pour les migrants et les réfugiés. Les équipes MSF sont mobilisées pour leur apporter soins et secours, notamment en Grèce et en France.

En savoir plus sur les actions de MSF auprès des migrants


Le photographe

A l'âge de 12 ans Bruno Fert égare les albums photos que lui avait confiés sa grand-mère : plus de photos de famille ! Depuis, il ne cesse de parcourir la planète et d'en photographier ses habitants. Admirant les portraits d'Auguste Sanders comme les paysages de Peter Bialobrzeski, Bruno Fert cherche à révéler des problématiques politiques ou sociales en nous les dévoilant sous un angle singulier. L’habitat, modeste refuge, logement de fortune ou ruines, revient souvent dans ses séries  comme « Les Absents » ou « Les tentes dans la ville ».

Ses images sont régulièrement publiées dans les journaux et les magazines comme Le Monde ou Le Nouvel Observateur. Son travail a été distingué par la Bourse du Talent,  le World Press Photo, le Prix Roger Pic et le Prix de la Banque Neuflize.


Le photographe Bruno Fert était l'invité de l'émission Maghreb Orient Express sur TV5 Monde ce dimanche 18 décembre 2016. L'occasion de parler de l'exposition "Itinéraires intérieurs" qui se tiendra au Point Ephémère à partir du 5 janvier 2017. Il voulait ainsi parler des migrants en photographiant leurs lieux de vie, leurs intérieurs dans les camps.


Infos pratiques

Du 5 au 15 janvier 2017 au Point Ephémère
200 quai de Valmy, 75010 Paris
Tel : 01 40 34 04 06

Du 17 janvier au 17 février à la Galerie l'Aiguillage
Vernissage le 2 février à partir 19h
19 rue des Frigos, 75013 Paris
Tel : 01 45 84 52 46
Entrée libre du lundi au vendredi de 12h30 à 17h


Facebook Rejoignez ces évènements sur Facebook
 

Discussion

A l'occasion du lancement de l'exposition, nous vous convions à la discussion « Repenser les lieux d'accueil et de vie des migrants » le 5 janvier à 18h30, en présence de Bruno Fert, de membres de MSF et d'intervenants extérieurs.
La discussion sera suivie du vernissage.

En marge de l'expo, présentation du projet Jungleye

Projet Jungleye à Katsikas

Cet été et avec le soutien de MSF, l'association Jungleye a réalisé plusieurs ateliers de photographie participative dans le camp de Katsikas, en Grèce, pour que les réfugiés témoignent eux-mêmes de leur quotidien en images. A l’occasion du vernissage de l’exposition, retrouvez ces photos sous forme de cartes postales et postez vos messages aux personnes vivant dans le camp de Katsikas. Nous nous chargerons de leur transmettre vos messages.

Alors que l'expo est toujours en cours, vous avez déjà été nombreux à envoyer vos messages aux habitants de Katsikas. Merci pour votre mobilisation et vos attentions. Les cartes postales de Jungleye seront encore disponible jusqu’au 15 janvier au Point Ephémère, puis le seront à la Galerie l'Aiguillage ! Il encore temps de venir postez vos message et voir l’exposition Itinéraires intérieurs.

Projet Jungleye