Centre Ebola MSF à Guéckédou.
Centre Ebola MSF à Guéckédou. © Sylvain Cherkaoui/Cosmos

L’essai clinique d’un possible traitement contre Ebola a commencé en Guinée le 17 décembre. Mené par l'institut de recherche médicale française INSERM, l’essai se déroule dans le centre de traitement Ebola de MSF à Guéckédou, dans l'est du pays. Bien que tout traitement expérimental pour les  patients atteints d’Ebola représente un espoir, MSF demeure prudente. Il n’y a pas de garantie que le médicament sera efficace et sûr, et même si tel était le cas, cela ne signifiera pas la fin de l'épidémie qui continue de se propager dans trois pays d'Afrique de l'Ouest.

INTERVENTIONS DE MSF

Thinglink Ebola

Cliquer pour découvrir notre carte interactive

 

CHIFFRES-CLES

• Près de 3800 MSF déployés, dont 296 internationaux
• 8 centres de traitement gérés par MSF, un total de près de 600 lits
• Plus de 7000 patients pris en charge, dont 4 400 cas confirmés et près de 1900 survivants
• Plus de 1300 tonnes de matériel médical acheminées
• Budget prévu pour 2014 et 2015 : 113 millions d'euros

 

EN SAVOIR PLUS

► Consulter notre dossier spécial "Urgence Ebola".

► Consulter notre FAQ Ebola.

L’essai clinique vise à inclure le plus grand nombre de patients possibles parmi ceux qui se présentent au centre de traitement de MSF à Guéckédou. Il n'y aura pas de ‘groupe témoin’ (groupe de patients ne recevant pas le traitement) dans cette étude, car il ne serait pas éthique de refuser à un groupe de patients les chances de survie potentiellement liées à ce nouveau traitement. Cette considération s’applique d’autant plus que la mortalité liée à Ebola est très élevée. L’évolution de l’état de santé des patients sera donc comparée à celle des patients précédemment admis dans le centre MSF depuis l’ouverture du centre, au printemps dernier. Les premiers résultats ne sont pas attendus avant le premier trimestre 2015.

Tous les nouveaux patients admis dans le centre de traitement de MSF à Guéckédou seront informés de la possibilité de recevoir le traitement expérimental et pourront choisir de participer ou non à l'étude. Ceux qui ne souhaiteront pas participer à l’essai vont recevoir les mêmes soins, mais ne recevront pas le médicament à l'étude.

Le médicament qui sera utilisé à Guéckédou est le favipiravir, un médicament antiviral produit par la société japonaise Toyama / FujiFilm. Ce médicament a montré de bons résultats contre Ebola lors des études menées sur les animaux, ainsi qu’une bonne sécurité chez l'homme lorsqu'il a été utilisé pour le traitement d’une autre infection virale. Cependant, son utilisation chez l'homme contre le virus Ebola n'ayant jamais été étudiée, il faudra attendre les résultats de l'essai pour savoir si le favipiravir peut représenter un traitement contre le virus Ebola.

Si le favipiravir se démontre sûr et efficace, il sera accessible aux patients Ebola dans d'autres centres de traitement Ebola, lors de la phase suivante de l’essai. Cela signifie qu'après l'approbation des autorités nationales et de comités d'éthique indépendants, davantage de patients atteints d’Ebola en Afrique de l'Ouest pourraient recevoir ce médicament.

Un traitement sûr et efficace pour Ebola permettrait d'éviter le décès de nombreux patients, mais il ne changerait pas la courbe de l'épidémie. Des mesures comme l'admission précoce des patients dans les centres de prise en charge, le suivi approfondi et précis des personnes ayant été en contact avec les malades, des activités de promotion de la santé adaptées et l’amélioration des conditions d'hygiène et d'assainissement continueront d'être les stratégies les plus efficaces pour mettre fin à l'épidémie. La recherche en vue de la mise au point d'autres traitements et vaccins, ainsi que de nouveaux moyens de diagnostic, demeure aussi fondamentale.

Les essais cliniques des traitements contre Ebola en 3 points

Cliquer pour zoomer

infog essais cliniques ebola