Gaza : la vie d'après - une exposition MSF au Point Éphémère à Paris

Gaza, la vie d'après - exposition MSF à Paris

Du 5 au 20 janvier 2023,  découvrez l'exposition Gaza : la vie d'après au Point Éphémère à Paris, qui retrace l'histoire d'Amro, Mohammad, Muawiyah et Mahmoud, des patients MSF ayant été amputés.

L'exposition

Le photographe Giles Duley est parti en visite à Gaza en mars 2022 pour Amro, Mohammad, Muawiyah et Mahmoud afin qu’ils lui racontent leur nouvelle vie après s’être fait amputer.

Ils font partie de ces 36 000 personnes qui ont été blessées lors des bombardements de Gaza par l’armée israélienne ou des manifestations de la « Grande marche du retour » qui se tenaient dans la bande de Gaza le long de la frontière avec Israël quasiment chaque vendredi du 30 mars 2018 à décembre 2019 pour commémorer les 70 ans de la Naqba (l'exode palestinien de 1948). Comme 152 autres gazaouis, ils ont dû être amputés en raison de la gravité des blessures causées par les tirs à balles réelles des soldats israéliens. Entre la première manifestation du 30 mars 2018 et le 30 novembre 2019, MSF a triplé sa capacité de prise en charge médicale et hospitalisé plus de 4 830 personnes dans ses services de traumatologie. Nos équipes ont proposé des interventions de chirurgie plastique et orthopédique ainsi qu’un suivi post-chirurgical en ambulatoire,incluant des soins infirmiers pour changer les pansements,de la physiothérapie, une formation à gestion de la douleur et un soutien psychosocial. Cependant, pour nombre de patients, l'amputation était la seule manière d’éviter une vie dans la douleur ou le risque d’une infection potentiellement fatale.

Giles Duley, le photographe de cette exposition, a perdu deux jambes et un bras après avoir sauté sur une mine lors d'une mission en Afghanistan en 2011 : « Étant moi-même amputé, j'ai eu de nombreuses conversations avec des personnes confrontées à la perte d'un membre et aux défis psychologiques avant l'opération. Loin des préjugés, avec le soutien de l'entourage, une vie normale est tout à fait envisageable. Il faut montrer des histoires positives pour combattre la stigmatisation ».

© Giles Duley

Gaza : « Je ne voulais pas être différent »

Après leur amputation, ils racontent leur reconstruction

Découvrir le grand format

Infos pratiques

Exposition gratuite du 5 au 20 janvier au Point Éphémère (200 Quai de Valmy, 75010 Paris, métro Jaurès)

Vernissage le mercredi 11 janvier à 18h30.

À lire aussi