Opération

Malawi : prise en charge des personnes touchées par le cancer du col de l’utérus

© Isabel Corthier/MSF

MSF a commencé à travailler au Malawi en 1986 avec les réfugiés mozambicains du district de Mwanza. Au retour des réfugiés, MSF a apporté son soutien au ministère de la Santé à Mwanza, puis à Chiradzulu, en s'investissant dans la prise en charge des personnes atteintes du sida. Aujourd’hui, le traitement du cancer du col utérin s’ajoute aux activités des équipes de Médecins Sans Frontières au Malawi, un pays dans lequel le taux d’incidence du cancer du col utérin est l’un des plus élevé au monde.

Des femmes assises dans la salle d'attente du centre de santé Milepa, en attendant de subir un dépistage du cancer du col utérin.
 © Luca Sola
Des femmes assises dans la salle d'attente du centre de santé Milepa, en attendant de subir un dépistage du cancer du col utérin. © Luca Sola

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

Le cancer du col utérin représente 40% des cancers chez les femmes au Malawi et tue plus de 2 300 personnes par an. Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent pour développer un programme complet contre le cancer du col utérin, afin de réduire la morbidité et la mortalité chez les femmes dans les zones ciblées par notre intervention, dans les districts de Blantyre et de Chiradzulu.

Notre intervention

MSF s’investit depuis 2018 pour élargir et améliorer la prévention et la prise en charge du cancer du col utérin. En 2018, les équipes de Médecins Sans Frontières ont examiné plus de 11 000 femmes dans les districts de Blantyre et de Chiradzulu. Les services actuellement offerts comprennent le dépistage, le diagnostic et le traitement de certains patients en ambulatoire à travers la procédure dite LEEP ("Loop Electro-surgical Excision Procedure"). Le volet curatif sera ultérieurement renforcé à travers la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie : pour cela, MSF construit une clinique spécialisée dans les locaux de l’Hôpital Queen Elizabeth de Blantyre. Elle ouvrira ses portes en 2020 avec un bloc opératoire, une capacité de 18 lits, ainsi qu’un service ambulatoire.

Pour les cas plus graves, un parcours de soins palliatifs est prévu ; celui-ci sera décentralisé pour permettre un suivi à distance des patients.

Médecins Sans Frontières apporte aussi son soutien au ministère de la Santé dans sa campagne de vaccination contre le HPV, le virus responsable de ce type de cancer.