Particules virales Marburg vue par microscopie électronique.
Particules virales Marburg vue par microscopie électronique. © CDC / Dr. Erskine Palmer, Russell Regnery, Ph.D. via Wikimedia Commons

Deux équipes de MSF interviennent actuellement dans l’est de l’Ouganda, en soutien aux autorités de santé locales et à leurs partenaires, pour répondre à une épidémie de fièvre hémorragique de Marburg.

Situation

Pour l’heure, trois personnes sont décédées de la maladie (un cas suspect et 2 cas confirmés), respectivement le 25 septembre, le 13 octobre et le 26 octobre. Les trois personnes étaient membres de la même famille. Les deux premiers cas sont décédés à l’hôpital de Kapchorwa, tandis que la troisième est morte dans l’unité de traitement du centre de santé de Kween.

MSF concentre son intervention autour de la prise en charge des cas et du soutien à l’identification et le suivi des cas-contact. A Kween, MSF a mis en place et gère une unité de traitement de 10 lits, et un épidémiologue MSF appuie les autorités pour le suivi des personnes ayant été en contact avec des personnes infectées. A Kapchorwa, MSF gère une unité de traitement de 9 lits installée au sein de l’hôpital de district.

La maladie à virus de Marburg est similaire à Ebola : les premiers symptômes ne sont pas spécifiques – fièvre, maux de tête, fatigue, nausées, entre autres. Comme Ebola, la fièvre de Marburg peut être mortelle chez jusqu’à 90% des patients.

Il n’y a actuellement pas de vaccin ou traitement officiellement approuvé contre Marburg, car aucun produit n’a terminé toutes les phases de la recherche clinique. Cependant, des médicaments existants ont montré une efficacité au moins partielle contre d’autres filovirus, et MSF et les autorités locales explorent actuellement les possibilités de leur utilisation dans le cadre d’une utilisation dite ‘compassionnelle’.

MSF est intervenue pour la première fois en Ouganda en 1980. L’organisation médicale humanitaire intervient actuellement dans le nord, pour répondre à l’afflux de réfugiés sud-soudanais, et des projets de plus long terme dans le districts d’Arua et Kasese, où MSF se concentre sur la prise en charge du VIH, de la tuberculose, du paludisme, et d’autres maladies infectieuses, ainsi que sur l’accès aux soins pour des populations aux besoins spécifiques (adolescents, communautés de pécheurs, travailleurs du sexe, entre autres).