Malgré de longues discussions avec les autorités italiennes et les efforts des garde-côtes italiens, le Bourbon Argos n’a pas été autorisé à débarquer en Sicile les 700 migrants actuellement à son bord, étant donné le manque de capacité du système de réception en Italie. Le bateau de recherche et de sauvetage en mer de MSF est à l'heure actuelle en train de naviguer au nord des côtes de la Sicile vers le port de Reggio Calabria où il devrait accoster samedi matin.

EN SAVOIR PLUS

Consultez notre dossier consacré à nos opérations de recherche et de sauvetage de migrants en Méditerranée

TWITTER

► Suivez le compte @MSF_Sea pour en savoir plus en temps réel

Contact

+33 (0)6 81 27 74 71

Des migrants sur le pont du Bourbon Argos, en juin dernier. © MSF
Le mercredi 15 juillet, le Bourbon Argos a sauvé 678 personnes de six différents bateaux, provenant entre autres du Bangladesh, de Côte d’Ivoire, d’Erythrée, de Gambie, de Guinée, de Libye, du Mali, du Nigeria, du Sénégal et de Somalie.

« L’équipe de MSF a travaillé sans relâche pour offrir des soins médicaux à ceux qui en avaient besoin. Le bateau est surchargé et les migrants sont coincés sur le pont dans un espace très limité, explique Alexander Buchman, le coordinateur de MSF sur le Bourbon Argos. Durant les 24 dernières heures, cela a causé des tensions entre les gens et créé des risques de sécurité à bord du bateau ».

Malgré la bonne coordination avec les garde-côtes italiens et tous les efforts faits par le Maritime Rescue Coordination Centre (MRCC), les autorités italiennes n’ont autorisé le Bourbon Argos à débarquer dans aucun des ports siciliens à cause du manque de capacité du système de réception. Jeudi soir, MSF a finalement obtenu l’autorisation de débarquer 150 des 700 migrants dans le port de Trapani, sur la côte ouest de la Sicile. Cependant, MSF a décidé de ne pas procéder à un débarquement partiel étant donné les risques dans un tel environnement surpeuplé. Bon nombre de personnes à bord ont exprimé leur crainte d’être « renvoyées vers la Libye », et la situation à bord était extrêmement tendue.

Seulement sept patients qui avaient besoin d’une attention médicale urgente ont finalement été débarqués avec leurs familles. Il s’agissait entre autres de deux patients nécessitant une hospitalisation urgente, une femme souffrant d’hypertension et hypovolémie avec douleurs abdominales, transférée depuis le bateau des garde-côtes italiens, et un bébé de douze mois avec une pneumonie, de la fièvre et des difficultés respiratoires.

« Depuis deux jours, nous essayons de comprendre où nous allons être autorisés à accoster, en nous coordonnant avec les garde-côtes italiens, tout en ayant des difficultés à maintenir un niveau de sécurité acceptable à bord, ajoute Alexander Buchman. La situation a causé de sérieux problèmes de sécurité à bord et a forcé 700 personnes en détresse à passer deux nuits entières sur le pont dans des conditions vraiment difficiles ».

Vendredi matin, après de longues négociations, le Bourbon Argos a été dirigé vers le port de Messine, à l’est de la Sicile, avant d’être redirigé quelques heures plus tard vers Reggio Calabria. Le Bourbon Argos navigue pour l’instant vers les côtes nord de l’île, tout en gardant les côtes siciliennes à portée de vue pour ne pas effrayer les migrants à bord, et devrait arriver à Reggio Calabria samedi matin.

« Le manque de préparation du système de réception italien a des conséquences très concrètes que nous voyons en première ligne, ajoute Loris De Filippi, Président de la section italienne de MSF. Nous sommes en juillet, et les arrivées ne vont pas s’arrêter de sitôt, le problème doit donc être réglé maintenant. Concrètement, le ministère de l’Intérieur doit autoriser les bateaux à débarquer dans le port de Sicile le plus proche afin de leur permettre de retourner dans la zone de recherche et de sauvetage le plus rapidement possible, pour sauver d’autres bateaux ».