Médecins Sans Frontières (MSF) se réjouit de la confirmation, le 4 octobre 2014, par le ministère de la Santé français, de la guérison de notre collègue infectée mi-septembre, par le virus Ebola, au Liberia.

EN SAVOIR PLUS

► Consulter notre dossier spécial "Urgence Ebola".

► Consulter notre FAQ Ebola.

STORIFY

► Découvrez notre fil Urgence Ebola sur Storify.

Contact

Contact presse  : 06 81 27 74 71

Volontaire MSF se préparant à entrer dans la zone à haut...

« Nous partageons la joie de la famille de notre collègue. C’est une excellente nouvelle et un immense soulagement pour tous les MSF. Nous tenons à saluer le travail et la mobilisation des équipes de l’hôpital Bégin qui l’ont prise en charge à son retour en France »,  déclare Stéphane Roques, directeur général de MSF.

Depuis le début de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, en mars 2014, le personnel médical et non-médical des ministères de la Santé des pays touchés par le virus et des ONG qui leur viennent en aide est en effet largement exposé à la maladie. Ainsi, on estime à plus de 373 le nombre des personnels médicaux infectés par le virus depuis le début de l’épidémie d’Ebola ; 208 d’entre eux n’ont pas survécu. Depuis mars 2014, 16 membres du personnel MSF ont contracté le virus ; 9 d’entre eux sont décédés. 

« Nous avons une pensée pour les autres membres du personnel MSF ayant contracté le virus Ebola depuis le début de notre intervention et plus particulièrement pour ceux qui en sont morts ainsi que leurs proches »,  poursuitStéphane Roques.

Près de 3 000 MSF, expatriés et personnels nationaux, restent mobilisés contre Ebola en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. « Au vu de la rapidité avec laquelle le virus se propage*, il faut malheureusement envisager la possibilité que d’autres personnels des ministères de la Santé, d’autres MSF ou encore des membres de leurs familles contractent l’Ebola. Pour le bien de toutes les populations dans les pays les plus touchés, MSF ne peut qu’exhorter une fois de plus les États qui en ont les moyens à agir immédiatement afin d’endiguer l’épidémie », rappelle Stéphane Roques.
 

*3 100 morts, soit près de la moitié des 6 500 personnes infectées selon un dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).