Clinique de Gondama, à Bo, en Sierra Leone, soutenue par MSF
Une femme enceinte sur le point d'accoucher à la clinique de Gondama, dans le distrcit de Bo en Sierra Leone, mars 2014. © Lam Yik Fei

Médecins Sans Frontières (MSF) a pris la décision très difficile d’arrêter temporairement ses activités médicales au centre de référence de Gondama, situé non loin de Bo, car les efforts actuels pour enrayer l’épidémie de fièvre Ebola en Afrique de l’Ouest éprouvent les capacités de l’association dans le pays. Les équipes MSF surmenées ne peuvent garantir le niveau de rigueur nécessaire pour traiter les patients et protéger le personnel soignant de l’infection.

INTERVENTIONS MSF

Thinglink Ebola

Cliquer pour découvrir notre carte interactive

 

CHIFFRES-CLES

• Plus de 3200 MSF déployés, dont 276 internationaux
• 6 centres de traitement gérés par MSF, un total de près de 600 lits
• 4500 patients pris en charge, dont 2700 cas confirmés et près de 1000 survivants
• Plus de 807 tonnes de matériel médical acheminées
• Budget prévu (jusqu'à fin 2014) : 46,2 millions d'euros

 

EN SAVOIR PLUS

► Consulter notre dossier spécial "Urgence Ebola".

► Consulter notre FAQ Ebola.

 

Blog Ebola

► Retrouvez les récits de nos équipes luttant contre Ebola

 

STORIFY

► Découvrez notre fil Urgence Ebola sur Storify.

Avant l’arrivée d’Ebola en Sierra Leone, le centre de référence de Gondama était un hôpital de référence de 200 lits qui offrait des soins vitaux aux enfants de moins de 15 ans et aux femmes nécessitant des soins gynécologiques et obstétriques d’urgence. Avec plus de 8 000 admissions pédiatriques et 2 500 admissions obstétriques et gynécologiques d’urgence, le centre de référence de Gondama était une planche de salut pour de nombreuses personnes dans le district de Bo et aux alentours.

En juillet, MSF avait déjà dû fermer la maternité parce que les mesures de sécurité de base ne pouvaient être observées et le risque d’infection était trop grand pour ses équipes. À la date du 15 octobre, le centre de référence de Gondama n’admet plus de nouveaux enfants. Le virus Ebola a fait des ravages. Ces dernières semaines, l’activité à l’hôpital était beaucoup plus faible que les années précédentes à la même période. Cela s’explique en grande partie par la peur de contracter Ebola dans les hôpitaux. À la mi-octobre, l’hôpital comptait moins de 50 patients. 

 « Cette décision a été très difficile à prendre, car nous savons que des milliers de femmes et d’enfants dépendent de nos services dans le district et au-delà », déclare Brice de le Vingne, directeur des opérations MSF. « La sécurité de nos équipes doit rester notre priorité, et si nous ne pouvons pas garantir le contrôle de l’infection à l’hôpital, nous mettons nos équipes et nos patients en danger. »

« Nous comptons reprendre nos activités au centre de référence de Gondama dès que possible, mais pour cela, nous devons d’abord concentrer tous nos efforts sur la lutte contre Ebola », ajoute de le Vingne. « Dans quelques mois, nous espérons vraiment être en mesure de recommencer à soigner les mères et les enfants, qui souffrent désormais des dommages collatéraux d’Ebola. »

En Sierra Leone, MSF emploie actuellement 107 expatriés et 1 376 nationaux. L’organisation humanitaire y dirige deux centres de gestion d’Ebola : Bo et Kailahun. Depuis mai 2014, quand MSF a commencé ses activités de lutte contre l’épidémie de fièvre Ebola, l’organisation a admis 843 patients, dont 584 cas confirmés d’Ebola, et en a soigné 229.