Les enfants du Dignity 1
© Courtney Bercan/MSF

Cette année, des milliers de familles ont entrepris la dangereuse traversée de la Méditerranée, fuyant les dangers et l’insécurité. En octobre dernier, Courtney Bercan, infirmière, était  à bord du Dignity 1. Elle présente certains des plus jeunes passagers du navire.

Lors d’une journée durant laquelle nous avons porté secours à un nombre exceptionnel de bateaux et de réfugiés, le Dignity 1 comptait plus de jeunes enfants à bord que depuis le début de ma mission. Parmi eux, deux jumeaux prématurés âgés de seulement cinq jours.

Donner naissance à des jumeaux prématurés présente de grands risques dans le monde entier, même dans un hôpital pleinement équipé. Dans les pays en développement, les jumeaux prématurés qui naissent sans assistance médicale ont souvent très peu de chances de survivre.

L'un des jumeaux avait besoin de soins beaucoup plus poussés que ceux que nous pouvions lui proposer à bord. Nous avons stabilisé son état en espérant le transférer à temps vers un hôpital. Fort heureusement, notre équipe a pu mener une évacuation d’urgence et le transférer dans un établissement mieux équipé en seulement une heure. Ça a été un réel soulagement pour nous tous. Je suis certaine que ce petit garçon serait décédé si nous n’avions pu le transférer dans un hôpital rapidement.

Une fois nos deux plus jeunes passagers transférés à l’hôpital, nous avons continué notre traversée avec 435 passagers, nombre maximal de personnes autorisées à monter à bord. Nous les avons débarqués sans encombre un peu plus tard. En tant qu’infirmière, il est parfois difficile de prendre conscience de la situation car nous soignons un grand nombre de patients (parfois plus de 400 !).

Ce sont les enfants qui rendent passionnant chaque instant de ce travail pourtant si difficile. Bien que ces jumeaux soient très chers à nos cœurs et devenus, en quelque sorte, des célébrités à bord du navire, nous avons transporté beaucoup d’autres enfants durant ces trois journées éreintantes, que les médias ne verront jamais. Chacun d’entre eux a sa propre personnalité et sautille, joue et fait des bêtises, comme n’importe quel enfant dans le monde.

C’est pourquoi j’aimerais vous présenter les occupants des plus petits gilets de sauvetage du Dignity 1. Voici certains des enfants avec lesquels j’ai eu l’honneur et le plaisir de passer du temps durant ce sauvetage (toutes les photos et informations ci-dessous sont dévoilées avec l’accord des parents présents ; toutefois, par précaution, j’ai veillé à modifier certains noms et détails.) :


 ©  Courtney Bercan/MSF

Adèle (à droite), 8 ans

Nourriture préférée : les biscuits
Activité préférée : apprendre l’anglais, elle est très fière de savoir écrire toutes les lettres de l’alphabet.
Ce qu’elle souhaiterait être une fois grande : médecin! J’ai essayé de lui donner envie de devenir infirmière, mais j’imagine qu’on a aussi besoin de médecins… ;)
Trajet : elle voyageait avec son père et sa sœur de seize ans, mais les filles ont été contraintes d’embarquer à bord d’un autre bateau. Le père était, à juste titre, très inquiet qu’elles ne soient pas avec lui, mais heureusement (et miraculeusement étant donné le chaos durant cette journée), nous sommes parvenus à localiser les filles à bord d’un autre bateau et à les réunir avec leur père avant de quitter la zone de sauvetage. Voir leur père sauter de joie et son visage s’illuminer lorsqu’elles ont enfin pu monter à bord de notre navire était un moment très fort.

Simone (à gauche), 7 ans

Activité préférée : le coloriage
Couleur préférée : le blanc
Ce qu’elle souhaiterait être une fois grande : ingénieure
Ce qu’elle a le plus envie de faire en Europe : porter des vêtements neufs. Elle veut faire du shopping !




 ©  Courtney Bercan/MSF
 

Donat, 8 mois

Trajet : elle a quitté le Darfour avec sa mère et son père qui espèrent lui éviter de devoir grandir dans une zone de guerre
Ce qu’elle aime : sauter et regarder sa maman
Ce qu’elle n’aime pas : faire ses dents

 


©  Courtney Bercan/MSF

Eben, 6 semaines

Ce qu’elle aime : boire du lait, dormir et sucer son pouce
Ce qu’elle n’aime pas : attendre les bouteilles de lait

Trajet : la petite Eben voyage avec son père, très fier d’elle. Sa mère lui a donné naissance en captivité en Libye. Elle n’a reçu aucune assistance médicale, malgré l’état déplorable dans lequel elle était après l’accouchement. Elle est décédée un mois après avoir donné naissance à Eben, qui a été allaitée par une autre femme.

 


 ©  Courtney Bercan/MSF
 

Micky, 2 ans et demi

Ce petit chenapan mérite bien quelques lignes. Dès son arrivée à bord du Dignity 1, il a commencé à explorer activement la zone réservée aux familles, et n’a arrêté qu’au moment où il est tombé de sommeil dans les bras de son père lors du débarquement le dernier soir. Il aime glousser et faire des grimaces aux gens. Il aime courir, faire des bonds et ADORE être pris en photo. Il hurle de rire chaque fois qu’il se voit en photo. Il était tellement hyperactif que j’ai été très étonnée de ne pas le voir courir partout pour s’échapper ou faire des bêtises, lorsque j’ai apporté des couches dans la salle d’attente des familles. J’ai demandé à sa mère quelle astuce elle avait trouvé pour le maintenir calme. Elle m’a montré sa jambe en riant. J’ai baissé la tête et vu qu’elle avait attaché une des chevilles de Micky à une corde pour l’empêcher de partir trop loin. Je dois dire que je n’avais plus autant ri depuis longtemps. La maman était ravie de pouvoir se reposer un peu sans empêcher Micky de s’amuser comme un fou et d’en faire des tonnes, comme toujours. Si vous regardez le coin en bas à gauche de la photo, vous verrez la seule chose capable de maintenir cet enfant en place : une jupe, ingénieusement attachée.

 


 ©  Courtney Bercan/MSF

Les jumeaux (la mère n’avait pas encore choisi de prénoms), 5 jours

Enfin, nos plus petits passagers, chacun pesant moins de 1,6 kilo. Ils n’ont pas encore de préférences et n’auront pas de couleur préférée avant quelques années. On ne leur demandera pas ce qu’ils veulent être quand ils seront grands avant longtemps, mais j’espère qu’au moment où cette question leur sera posée, ils n’auront pas peur de voir les choses en grand et qu’ils pourront réaliser leurs rêves.
Après plusieurs heures sans pouvoir changer de couche, il est grand temps de laver ces petites fesses !

 


 ©  Courtney Bercan/MSF

Isaac

Ce qu’il aime : faire des câlins et s’endormir dans les bras de maman
Ce qu’il n’aime pas : je suis sûre que tant qu’il est avec sa mère, il y a peu de choses qu’il n’aime pas. Durant les trois jours où il est resté assis avec sa mère pendant que celle-ci nous aidait à traduire à la clinique, je ne l’ai pas vu pleurer une seule fois.

Trajet : à plusieurs reprises, sa mère a bien cru qu’elle et son fils n’arriveraient pas vivants en Europe. Ils ont traversé le désert pour rejoindre la Libye, où chaque jour était marqué par la peur. La traversée en bateau a été terrifiante. Quand j’ai demandé à sa mère si elle avait des plans ou une idée de là où elle voulait vivre en Europe, elle m’a répondu qu’elle n’en était pas encore là. Pour le moment, tout ce qu’elle voulait, c’était qu’ils y arrivent en vie. Entendre quelqu’un vous dire cela tout en berçant son bébé est particulièrement terrible. C’est une femme d’un courage incroyable et elle a été d’une aide précieuse pour notre équipe médicale car elle a passé trois longues journées à traduire pour les patients avec lesquels nous ne pouvions communiquer. La plupart du temps, durant ces trois jours, Isaac est resté assis sur ses genoux, sautant et gazouillant. Nous avons été ravis de les avoir à bord.

 


 ©  Courtney Bercan/MSF

Bien qu’il s’agisse probablement du seul projet de MSF à disposer de l’air conditionné dans l’une de ses structures, cela ne suffit pas pour lutter contre la chaleur de la Méditerranée ; l’air peut devenir particulièrement chaud pour les enfants. Les mamans attendent dehors, sur le pont, pour avoir un peu d’air.

 


 ©  Courtney Bercan/MSF

Lorsque le personnel à bord a un peu de temps, ils fabriquent des jouets pour les enfants avec ce qu’ils trouvent. Le ballon-gant est clairement le plus apprécié !




 ©  Courtney Bercan/MSF

Ma collègue Antonia en train de raconter une blague apparemment très bonne à son nouvel ami. Cette photo date d’un précédent sauvetage, mais c’était un si beau moment que j’ai souhaité l'inclure ici.

 


 ©  Courtney Bercan/MSF

S’il y a bien une chose commune à tous les enfants, c’est l’amour du coloriage et les petites colères inévitables… La salle réservée aux familles est remplie de bébés aux poumons très puissants !

En savoir plus sur nos activités auprès des réfugiés