Housseni a 1 an et 5 mois. Sa mère a déjà perdu un enfant et elle ne savait pas à l'époque que c'était à cause d'un empoisonnement au plomb.
Housseni a 1 an et 5 mois. Sa mère a déjà perdu un enfant et elle ne savait pas à l'époque que c'était à cause d'un empoisonnement au plomb. © Olga Overbeek/MSF

MSF demande au président Goodluck Jonathan d’honorer sa promesse de financement de décontamination du village de Bagega, au Nigeria, contaminé au plomb, afin de pouvoir intervenir sur place et soigner les centaines d’enfants malades.

Dans le village de Bagega, Médecins Sans Frontières sonne l’alarme : il sera bientôt trop tard pour apporter des soins médicaux essentiels aux enfants qui souffrent d’une intoxication au plomb. MSF soigne des enfants souffrant de saturnisme (intoxication au plomb) depuis le tout début de la crise qui touche l’Etat de Zamfara au Nigeria depuis 2010. Pour soigner les enfants de Bagega, le village doit tout d’abord être décontaminé. La décontamination du site est un processus par lequel le plomb est éliminé du milieu de vie. En l’absence d’un tel processus, les enfants continueront d’être exposés aux toxines et par conséquent, les traitements médicaux seront inutiles. Les fonds nécessaires pour mener à bien l’opération de décontamination ont été promis par le président dans le cadre d’une conférence, organisée en collaboration avec le ministère de la Santé du Nigeria en mai dernier. Le problème, c’est que ces fonds n’ont toujours pas été débloqués.

« On approche du point de non-retour à Bagega, explique Michael White, chef de mission intérimaire de MSF au Nigeria. Plus de deux ans et demi après la découverte de ce désastre, des centaines d’enfants attendent encore de recevoir des soins médicaux essentiels. MSF est prête et disposée à soigner ces enfants, mais elle ne peut pas le faire tant que les foyers n’ont pas été décontaminés. Il est grand temps d’éliminer le plomb qui se trouve à Bagega. »

La décontamination devait normalement commencer fin octobre 2012, juste après la dernière saison des pluies. Si les fonds ne sont pas débloqués fin novembre, il sera impossible de lancer l’opération avant la fin de l’année, c’est-à-dire, avant la prochaine saison des pluies, période durant laquelle la situation sanitaire deviendrait désastreuse pour les habitants du village.

Pour MSF, la résolution du problème de saturnisme au Nigeria inclut trois actions indissociables : une décontamination professionnelle des villages touchés, des traitements médicaux des victimes les plus vulnérables et la mise en œuvre de pratiques plus sécuritaires en matière d’exploitation minière.

MSF collabore étroitement avec TerraGraphics, une entreprise de décontamination de réputation mondiale. En 2010, cette entreprise a procédé à la décontamination de sept villages dans l’État de Zamfara. Les deux organisations collaborent avec des agences et des ministères du gouvernement nigérian afin de s’assurer de la mise en place d’un système efficace, responsable et transparent qui garantira les meilleurs résultats pour les habitants des villages contaminés.

Dans l’attente d’une réaction rapide du gouvernement nigérian, MSF espère que les fonds destinés à la décontamination du village de Bagega seront débloqués dans les meilleurs délais. MSF fournit des services médicaux d’urgence au Nigeria depuis 1971.