Projet MSF, Ebola, Kailahun, Sierra Leone, novembre 2014
Projet MSF, Ebola, Kailahun, Sierra Leone, novembre 2014 © Fabio Basone / MSF

Après qu’un nouveau cas de contamination par le virus Ebola a été détecté le 11 novembre dernier, à Bamako, capitale du Mali, MSF a renforcé son équipe et ses activités afin d’aider à arrêter la propagation de la maladie.

A ce jour, l’épidémie d’Ebola au Mali a fait six morts : quatre cas confirmés et deux suspects. Ces chiffres ne comprennent pas le premier cas, une fillette âgée de deux ans venue de Guinée et ayant rejoint la ville de Kayes au Mali. Pour essayer d'endiguer tout début d’épidémie, il est extrêmement important d’y répondre rapidement et de manière coordonnée et ce dans les premiers jours qui suivent la détection d’un nouveau cas.

Deux cas suspects sont actuellement pris en charge au centre géré par MSF, à Bamako, en collaboration avec le CNAM malien (centre national d'appui à la lutte contre la maladie). L'un des patients confirmés qui y était également pris en charge est décédé aujourd'hui et un nouveau cas suspect est en cours d'admission.

MSF assure la formation en gestion des patients Ebola du personnel du CNAM et supervise la mise en place d'un système d'ambulances pour le transport des patients, ainsi que l'organisation sécurisée des funérailles.

En coordination avec les autorités maliennes et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), MSF trace également les personnes contacts (celles ayant été en contact avec les malades et qui pourraient avoir contracté Ebola).

Dans le même temps une équipe MSF va se rendre dans la zone frontalière avec la Guinée, où de nouveaux cas d'Ebola ont été détectés, afin de déterminer les besoins de la région.

La semaine dernière, les activités de MSF à Bamako ont été renforcées par une équipe venant de Kayes, localité où le premier cas d'Ebola au Mali avait été détecté.