Des réfugiés en attente d'une prise en charge par MSF à Belgrade, en Serbie. Janvier 2017
Des réfugiés en attente d'une prise en charge par MSF à Belgrade, en Serbie. Janvier 2017 © Alessandro Penso

La décision du Président Donald Trump de suspendre l’accueil  des réfugiés aux États-Unis est un acte inhumain contre les personnes fuyant les zones de conflit. Médecins Sans Frontières demande la reprise de cet accueil fait aux réfugiés.

« Nos équipes sur le terrain rencontrent tous les jours des personnes en quête de sécurité, et qui se retrouvent bloquées derrière des frontières fermées ou coincées dans des zones de guerres qu’elles ne peuvent pas fuir, explique Jason Cone, directeur général de MSF Etats-Unis. Claquer la porte aux personnes qui cherchent refuge aux Etats-Unis est une attaque à la notion communément admise que chaque individu doit pouvoir fuir si c’est une question de survie. Depuis des années, les services des Etats-Unis étudiaient pourtant rigoureusement les demandes d’asile. »

Le décret interdisant définitivement l’entrée et l’installation des refugiés Syriens est particulièrement préjudiciable à une population pourtant déplacée à cause d’un niveau de violence extrême. Près de cinq millions de personnes ont fui la Syrie pour les pays voisins comme la Jordanie ou le Liban, qui sont moins peuplés que beaucoup d’Etats américains. En comparaison, moins de 20 000 réfugiés syriens ont été accueillis sur le sol américain. Bien d’autres syriens sont pris au piège dans leur pays, dont des dizaines de milliers dans le désert jouxtant la frontière jordanienne, fermée, et devant les autres frontières fermées de la région.

La décision du Président aura un impact sur les personnes prises au piège dans des zones de conflits, constituant une menace directe pour leur vie.

Les équipes MSF, qui travaillent au cœur des crises impliquant des réfugiés, sont témoins des difficultés extrêmes rencontrées par les personnes réfugiées et déplacées à l’intérieur de leur pays. Dans les zones de conflits, que ce soit en Syrie, en Irak, en Afghanistan, au Yémen, au Soudan du Sud ou en République démocratique du Congo, ces difficultés incluent des attaques contre les civils et les infrastructures civiles (y compris les hôpitaux), le refus de l’accès aux soins, et les obstacles administratifs empêchant les personnes de fuir.

« Les réfugiés sont des pères, des mères et des enfants qui veulent ce que nous voulons tous : vivre dans un endroit sûr, loin des guerres et des persécutions, explique Cone. Des circonstances qui les dépassent les ont poussés à fuir. Nous demandons au gouvernement américain de lever cette interdiction, de reprendre l’accueil des réfugiés et d’arrêter d’exclure les ressortissants de certains pays. Nos équipes qui travaillent dans ces pays constatent des niveaux d’extrême violence sur les personnes qui essaient de fuir. »

Selon l’UNHCR, plus de 65 millions de personnes sont déplacées de force, un nombre jamais atteint depuis la seconde guerre mondiale.

MSF travaille dans près de 70 pays pour apporter une aide médicale d’urgence aux personnes touchées par les  conflits, les épidémies, les catastrophes naturelles et l’exclusion des soins.

En savoir plus sur nos activités auprès des réfugiés