Camp de Grande-Synthe, janvier 2016
Camp de Grande-Synthe, janvier 2016 © Brigitte Breuillac/MSF

MSF participera à une campagne de vaccination contre la rougeole menée dans le camp de Calais où trois cas confirmés, un adulte, un enfant âgé de neuf ans et une bénévole, ont été enregistrés. Trois autres cas confirmés ont, par ailleurs, été constatés au Centre hospitalier de Calais. Cette campagne de vaccination sera réalisée par l’Agence régionale de Santé (ARS) avec plusieurs partenaires, dont MSF, et sera étendue la semaine suivante au camp de Grande-Synthe.

En partenariat avec MSF et d’autres associations, deux équipes de Médecins du Monde (MDM) ont commencé dès le 26 janvier à sensibiliser les 4 000 réfugiés du bidonville de Calais sur l’importance de la vaccination. Ces actions de sensibilisation, préalable habituel à une campagne de vaccination, s’avèrent d’autant plus nécessaires auprès d’une population jeune et extrêmement précarisée, comme c’est le cas à Calais.

Les premières vaccinations seront menées dès le 28 janvier, par l’Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires (EPRUS) dans le centre d’hébergement pour femmes et enfants du complexe Jules Ferry.

A compter du 2 février, les équipes MSF participeront aux vaccinations. Les adultes et enfants âgés de plus de six mois pourront recevoir une injection du vaccin fourni par l’ARS. MSF intervient sur le bidonville de Calais depuis septembre dernier. Elle y a notamment monté un dispensaire proposant des soins médicaux. En collaboration avec l’ARS, l’EPRUS et d’autres associations intervenant sur le camp (HANDS International et MDM), la campagne sera menée sur quatre points de vaccination répartis sur le site.

Par ailleurs, deux enfants présentant les signes cliniques de la rougeole ont été signalés dans le camp de Grande-Synthe, près de Dunkerque, où vivent 2 500 personnes. Une campagne de vaccination contre la rougeole y sera donc également menée.